Back 4 Blood, opportun défouloir ou nouveau standard

Même en comptant le patch pour Zombie War 4 et en attendant celui de Dying Light ou le mode zombie de Call of Duty Vanguard, le massacre à volonté de mort vivants n’est pas encore très répandu sur console Next Gen. En publiant Back 4 Blood, Warner palie-t-il simplement ce manque ou mise-t-il sur un nouvel porte-étendard du genre ?

Back 4 Blood est un jeu de tir coopératif en vue à la première personne. Développé par Turtle Rock, il reprend une grande partie des mécaniques de Left 4 Dead pour lequel certains anciens du studio avaient déjà travaillé. D’abri en abri, 4 nettoyeurs doivent combiner leur aptitude de la meilleure façon afin d’affronter une multitude de zombies.

Après qu’une pandémie de source parasitaire ait contaminée la majeure partie de la population mondiale, un groupe de vétérans qui se font appelés les Nettoyeurs s’est constitué. Luttant contre les créatures zombies que sont devenues toutes les personnes infectées, ils espèrent sauver ce qu’il reste de la civilisation.

L’originalité du scénario n’est pas l’atout premier de Back 4 Blood. Il sert plutôt de prétexte pour placer le joueur dans une situation où il n’a pas vraiment le temps de se poser des questions existentielles. Pour survivre il faut veiller à préserver sa santé, tirer sur tout ce qui n’est pas humain et en cas de besoin venir en aide à ses équipiers.

Back 4 Blood n’est jouable qu’en ligne, après connexion, il faut choisir un personnage. Chacun commence avec une arme secondaire et des talents uniques. Afin de dynamiser la jouabilité intervient un système de cartes choisies par le joueur et/ou imposé par l’IA qui altère positivement ou négativement certains paramètres du jeu.

Avec 3 niveaux de difficulté possibles, chaque partie est unique grâce à la génération procédurale d’ennemis. En cas de mort, il est possible de continuer mais après un nombre répété d’échecs, il faut repartir de 0. Si un mode solo avec 3 bots est disponible, le jeu est pensé pour le multi avec jusqu’à 4 joueurs en campagne et 8 en JcJ.

Sur Xbox Series X, les graphismes sont de bonne facture, la direction artistique n’est pas avare de gore avec ses projections de sang, d’entrailles et explosions de têtes à profusion. Les environnements sont assez variés et l’arsenal customisable procure de réelles et satisfaisantes sensations quand il est employé à bon escient.

Ces effets sont grandement aidés par la qualité des bruitages qu’ils proviennent des zombies ou des armes mais aussi du réalisme des dialogues en anglais sous titrés français. Suffisant, le bestiaire au sein duquel les fans de left 4 dead pourront reconnaitre d’anciennes connaissances n’est pas vraiment un modèle d’exhaustivité.

Il n’empêche que répartie sur 4 actes, la trentaine de missions à effectuer avant de connaitre la fin de la campagne solo sont suffisamment divertissantes pour garantir  une durée de vie d’une bonne quinzaine d’heures au bas mot à laquelle viennent s’ajouter toutes celles qu’on ne voit pas passer lors des parties en multi source de fun assurée.

S’il n’en demeure pas moins un excellent défouloir bien réalisé Back 4 Blood ne fait pas office de nouvel standard dans la catégorie FPS de survie en mode coopératif. L’ajout de cartes pour dynamiser le gameplay est une bonne idée mais d’autres innovations manquent à l’appel. Peut-être au travers de DLC mais attention au syndrome Evolve.


Back for Blood
Disponible sur PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series X/S et PC

Silverword Auteur

Critique de Cinéma, Spécialiste High Tech, Gameur old School, le Triangle Infernal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.