WRC5 sur PS4 [Test]

Tester des jeux de toutes sortes amène parfois à sortir de sa zone de confort. Depuis celui de WRC4, mon intérêt pour les jeux de rallye s’est accru et j’étais curieux de savoir ce que le 5eme volet de la saga avait sous le capot.
wrc5-2En premier lieu, l’équipe de Milestone a cédé la place à Kylotonn, un studio français situé à Paris. Spécialisé depuis 2002 dans les jeux de course, ces passionnés d’automobile ont créé leur propre moteur 3D, le Kt HD.

Pour l’entrée de WRC5 dans le monde de l’esport, j’ai pu faire la connaissance au Meltdown de son directeur créatif Alain Jarniou. Il était accompagné de Sébastien Chardonnet, Champion du monde WRC 3 et consultant technique.
IMG_1335Aucun partenariat n’ayant été établi avec Milestone, les développeurs de Kylotonn ont du tout recréer à partir de zéro. Les conséquences s’en ressentent dès le menu principal qui est plutôt sobre.
wrc5-1Par rapport aux autres jeux de course sur Next Gen, les graphismes de WRC5 sont dans la continuité de l’opus précédent. Le gain de puissance n’a pas profité aux paysages ni aux animations du public.
wrc5-3Dans l’atelier des réparations, la modélisation des voitures a abandonné la triangulation au profit du fil de fer moins riche en détails. Toutefois le tableau de bord de WRC5 n’est pas sombre pour autant.
wrc5-4Au niveau du son, le rendu des bruits de moteur n’est pas aussi réaliste qu’auparavant mais il reste toutefois agréable à l’écoute. La libre adaptation des circuits officiels fera grincer des dents les réactionnaires du WRC mais elle est représentative de la nouvelle orientation adoptée par le studio.
wrc5-5Kylotonn a bien saisi que l’essence d’un bon jeu quelle que soit sa catégorie réside dans son gameplay et celui de WRC5 est vraiment accrocheur. La physique, parfaitement respectée, sanctionne la moindre erreur. Cette exigence de pilotage à la frontière entre la simulation et l’arcade fonctionne à merveille.
wrc5-6Dès sa conception WRC5 semble avoir été pensé pour le sport électronique. L’ambiance qui régnait au Meltdown atteste de l’excellence de ce lieu pour ce type d’événement mais aussi du plaisir qu’avaient les participants à s’essayer au jeu.
IMG_1298Pour remporter un fauteuil de compétition, l’obligation d’utiliser le volant Thrustmaster a mis la majeure partie des pilotes sur un pied d’égalité. Ainsi mon score n’a pas été le plus mauvais même je n’ai pas pu repartir avec le confortable trophée.
IMG_1287Pour une première prise en main Rachid Chebbah alias Koga l’excellent commentateur qui avait animé le tournoi Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm Revolution l’année dernière détenait le record quand j’ai quitté les lieux.
IMG_1293S’il retrouve son acolyte Alhassane Stinson alias Yuki pour commenter les prochains eSports WRC Championship, nul doute que la bonne humeur sera au rendez-vous pour révéler le pilote qui sommeille en nous #UnleashTheDriver.

WRC 5, élu meilleur jeu sur console de salon aux Ping Awards 2015
Disponible sur Xbox One, Xbox 360, PS4, PS3, PSVita et PC.

Silverword Auteur

Critique de Cinéma, Spécialiste High Tech, Gameur old School, le Triangle Infernal

Commentaires

    WRC8, le rallye, un sport d'équipe

    (3 décembre 2019 - 00:12)

    […] en particulier durant les défis en ligne, l’eSport ayant été pensé par Kylotonn depuis WRC 5.La réticence des constructeurs à voir la tôle de leur véhicules pliée se fait toujours sentir. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.