WRC Generations, le baroud d’honneur de Kylotonn

Après Milestone et Kylotonn, la licence WRC échouera l’an prochain à Codemaster. L’opus vidéoludique de 2022 ne s’appelle donc pas WRC11 mais WRC Generations en référence à l’historique passé avec le studio français. Ce dernier développement officiel se termine-t-il en apothéose totale pour l’acquisition de Nacon ?
Le jeu débute par les classiques tutoriels afin de maitriser les mécaniques de base. Les commandes s’affichent à l’écran et sont validées lors qu’elles sont exécutées. Il est ensuite proposé de passer aux tests d’évaluation afin de déterminer un style de conduite avec les paramètres personnalisés correspondants.
L’accès au menu principal est alors débloqué. Tout en haut de l’écran, le parcours de ses rubriques (Live, Drivercard, Voitures, Options) se fait à l’horizontal à l’aide des gâchettes de la manette. Les sous rubriques s’affichent sous forme de tuiles avec des illustrations vidéo qui modernisent et dynamisent la présentation.
Le lancement d’une carrière solo passe par la création d’un profil, la sélection du niveau de difficulté et le choix de rejoindre la compétition WRC3 avec une Ford Fiesta Rally3 ou de participer au WRC2 dans une écurie automobile ou dans une équipe privée avec démarchage de sponsors et différentes voitures à la clé.
Le quartier général pour gérer le calendrier des événements, la recherche et développement, le recrutement du personnel, les relations avec les sponsors, les constructeurs et d’autres aspects de la vie d’un pilote de rallye ne déroutera pas les joueurs de WRC10 car sur le fond comme sur la forme il est quasi identique.
En plus de la possibilité introduite à l’occasion des 50 ans de refaire des courses à bord de voitures qui ont marqué l’histoire du WRC, de nouveaux véhicules hybrides font leur apparition pour la 1ere fois impliquant une gestion optimale de la batterie pour récupérer à la sortie la vitesse perdue en entamant un virage.
Amorcées dans WRC10 les améliorations graphiques dans Generations sont désormais avancées. La modélisation des véhicules est toujours maitrisée, les paysages sont aussi impressionnants que variés et la gestion des particules et des effets de lumière qui faisaient précédemment défaut offre un spectacle quasi féérique.
WRC Generations bénéficie d’une physique réaliste, l’impression de vitesse en mode cockpit est manifeste, le public adopte enfin un comportement plus naturel et l’aspect simulation nécessite la prise en compte de mécaniques précises comme la gestion des pneus, la nature et la longueur des pistes ou encore la météo.
Si les bugs inhérents aux développements pour la nouvelle génération ont disparu, restituer certains bruits à travers le haut-parleur de la Dual Sense peut être considéré comme un oubli tant ils font penser à des bruits de casseroles. Heureusement ce désagrément est compensé par les vibrations immersives du moteur haptique.
Avec WRC Generations, Kylotonn est arrivé au bout d’un cycle. Si par rapport à WRC10, plus de changements au niveau de la carrière auraient été bienvenus, le studio clôture la saga sous sa houlette avec les honneurs et peut sans regrets se consacrer entièrement au développement de Solar Crown.


WRC Generations
disponible sur PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series X/S, PC

WRC Generations

39.99
8

Général

8.0/10

Pour

  • L'arrivée des hybrides
  • Les graphismes
  • La conservation des modèles de légende

Contre

  • Les bruits via la Dual Sense

Silverword Auteur

Critique de Cinéma, Spécialiste High Tech, Gameur old School, le Triangle Infernal

Commentaires

    EA WRC, le plein de contenu

    (30 décembre 2023 - 08:52)

    […] an s’est écoulé depuis notre dernier test de WRC sous l’ère Kylotonn. En charge désormais de la licence officielle, Codemasters n’est pas en terrain inconnu puisque […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.