Test de Destiny 2 la Reine Sorcière, Bungie galvanisé par Sony ?

Après le Bastion des Ombres et Au-delà de la Lumière, La Reine Sorcière est le premier volet de la dernière trilogie d’extensions pour Destiny 2. La licence en a-t-elle encore sous le pied pour passionner les joueurs de la première heure et en attirer de nouveaux alors que son studio, Bungie fait désormais partie de Sony ?
La réapparition de Mars a poussé la Reine Sorcière Savathûn à sortir de l’ombre bien qu’affaiblie. Le moment apparait opportun pour les Gardiens d’aborder son vaisseau pour en finir définitivement avec elle mais ne s’agit-il pas plutôt d ‘un piège pour améliorer sa maitrise inexpliquée de la Lumière et celle de ses soldats.
Destiny 2 est un jeu de tir en vue à la 3eme personne développé par Bungie Studios jouable de manière transparente en solo ou en multi.  La Reine Sorcière est sa sixième extension mais aussi la seconde depuis que le jeu est passé au modèle gratuit et qu’il est disponible sur toutes les plateformes en cross-play.
Aucun récapitulatif ne vient en préambule de la Reine Sorciere. En plongeant dès le départ le joueur dans le vif du sujet, Bungie considère qu’une expérience avec l’univers est déjà acquise. Il est ainsi proposé de démarrer la campagne avec le mode de difficulté classique ou directement au niveau légendaire, bien plus ardu.
Inspirés par la série True Detective, les graphismes sont magnifiques dans le monde du trône de Savathûn. Aidé par la puissance de la Next Gen, les effets de lumières sont toujours aussi impressionnants et les environnements particulièrement variés alternent entre éblouissante majesté et oppressante désolation.
Le fait que le bestiaire ne se soit pas particulièrement étoffé est compensé par une IA plus subtile, de nouvelles armes tels la relique et le glaive qui permettent des affrontements au corps à corps ainsi qu’à distance et un système de création d’armes permettant de combiner certaines caractéristiques et de les faire évoluer.

Aidé par l’antagoniste charismatique qu’est Savathûn, le travail d’écriture sur La Reine Sorcière dépasse celui déjà réussi de Renegats. Tout au long de cette campagne découpée en 3 chapitres l’ambiance est stressante à souhait et la mise en scène s’avère captivante malgré l’aspect répétitif de certaines missions.
Pour la musique, l’équipe de Michael Salvatori a encore su se renouveler avec des compositions immersives empreintes de passages graves et épiques. Le doublage français n’est pas en reste comme l’illustre l’interprétation habitée de Savathûn par Laurence Bréheret, la doubleuse de Cersei Lannister dans Game of Throne.
Aux 6 heures nécessaires pour terminer l’histoire principale, s’ajoutent 25 autres pour aller au bout de la Saison des Réincarnés où s’allier avec les Cabals s’avère inéluctable. Enfin finir le nouveau raid Serment de la Justice ou s’adonner à La Source matchmaking à 6 joueurs prolongera d’autant la durée de vie du DLC.
Avec la Reine Sorcière, Bungie délivre la meilleure extension de Destiny avec une mise en scène et une bande son remarquables. Les joueurs qui démarrent la licence avec cette entrée en scène de Savathûn devront s’accrocher pour ne pas être perdus. Les fans peuvent s’enthousiasmer d’avance si la suite est du même acabit.


Destiny 2 La Reine Sorcière
Disponible sur PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series et PC

Destiny 2 La Reine Sorcière Edition Deluxe

67,99
8

Général

8.0/10

Pour

  • L'entrée en scène de Savathûn
  • La création d'armes
  • Le doublage de Laurence Bréheret

Contre

  • Quelques missions répétitives

Silverword Auteur

Critique de Cinéma, Spécialiste High Tech, Gameur old School, le Triangle Infernal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.