IRISPen Air 7, surligneur numérique portable et sans fil

La société IRIS ne manque pas d’alternatives concernant l’acquisition numérique. Ses solutions vont de la souris au scanner ultra portable sans oublier le stylo. Avec l’Irispen AIr 7 la filiale de Canon propose encore un nouveau format.Le packaging demeure conforme aux autres produits de la marque avec un visuel le mettant un scène et son nom respectant les codes couleur en blanc sur fond turquoise. Un encart transparent permet également de voir l’Irispen Air 7 en taille réelle.
Il est livré avec un dongle, un câble USB et des guides non pas de démarrage mais de liens vers les adresses où télécharger les logiciels, pilotes et la documentation. L’initiative est louable mais si le but était d’économiser du papier quel est l’intérêt de l’expliquer dans toutes les langues ?
La mise en route nécessite le téléchargement du logiciel IrisPen Air 7 stocké sur www.irislink.com. Il est possible de l’activer grâce à la clé présente sur un des feuillets d’information. La configuration débute par un tutorial vidéo en anglais avec des sous-titres sans la possibilité de choisir une autre langue.
La connexion de l’IrisPen peut s’effectuer en bluetooth ou en USB. Quand il n’est pas relié en filaire, le stylo s’allume en maintenant la pointe appuyée durant 3 secondes sur une surface rigide. Le clignotement de la diode bleue indique la recherche d’un signal bluetooth.Sur Mac même si lrisPen Air 7 n’apparait pas dans l’interface de configuration du bluetooth, la connexion est tout même fonctionnelle quand l’application est lancée. La diode bleue reste alors fixe. La charge complète de la batterie interne prend 2h30 et il faut le double de ce temps pour qu’elle se vide.
La numérisation se fait ligne par ligne en veillant à ce que le texte se trouve entre les guides du stylo. Il n’est pas nécessaire de s’appesantir pour que la reconnaissance s’effectue correctement au contraire il vaut mieux glisser sur le texte de la même façon que pour un surligneur Stabilo.

Le résultat obtenu est satisfaisant avec un très faible taux d’erreurs. Si elles ne dépassent pas la surface de scannage les images sont également bien reproduites. Par contre l’IrisPen n’a pas véritablement magnifié  les qualités calligraphiques de mon écriture.
Pour la reconnaissance de caractères manuscrits l’Iris Notes Executive 2 s’est révélé bien plus adéquat. Que ce soit sur smartphone ou sur ordinateur la traduction intégrée est pratique car elle permet d’éviter de se rendre sur le site de Google pour obtenir le texte dans une autre langue.
Pour la synthèse vocale, le logiciel pour Mac OS n’inclut pas les voix françaises que j’ai installé. Sans autres possibilités d’ajouts, seuls Fred et Victoria sont proposés par défaut avec un accent anglais très marqué alors que sur smartphone la gestion des langues se fait de manière beaucoup plus ajustée.
En revanche la lecture de code barre manque à l’appel alors qu’elle est parfaitement fonctionnelle sur ordinateur. Même si quelques fonctions annexes sont à améliorer, l’Irispen Air est une solution adaptée à qui veut numériser ponctuellement du texte sans être encombré.
A la bibliothèque et accompagnée d’un casque, sa fonction de lecture à voix haute constitue également un service auquel seront sensibles les mal-voyants.

IRISPen Air 7
149 euros sur irislink.com

Silverword Auteur

Critique de Cinéma, Entrepreneur High Tech, Gameur old School, Journaliste 2.0. La Quadrature du Cercle

Commentaires

    teujip

    (21 juillet 2017 - 10:11)

    c’est cool qu’ils aient rajouter la lecture à voix haute. Bonne initiative

      Silverword

      (21 juillet 2017 - 23:17)

      Une meilleure intégration de l’appli desktop sur Mac serait la bienvenue, l’actuelle est developpée en Java

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *