Ghosts ‘n Goblins Resurrection, l’attendu retour aux manettes du professeur F

Il fut un temps où seules bornes d’arcade permettaient de jouer à un jeu vidéo avec des graphismes élaborés. Par ce biais Ghosts ’n Goblins a marqué nombre de joueurs des années 80. Avec Resurrection, Capcom marque le retour d’une série mythique mais la magie fonctionne-t-elle toujours autant ou s’est-elle évanouie ?

Ghosts ‘n Goblins Resurrection commence avec le roi Arthur comptant fleurette à sa bien-aimée. Quand son royaume est la proie des flammes, que l’arbre de Brocéliande se meurt et qu’un être maléfique en profite pour s’emparer de la princesse, il est temps pour le souverain de rendosser son armure de chevalier.

Dans la pure tradition de ses prédécesseurs, Ghost ’n Goblins Resurrection est un jeu de plateformes. S’agissant d’une suite, les développeurs ont conservé certaines mécaniques de jeu tout en ajoutant quelques nouveautés. La plus naturelle et qu’il est possible par rapport au 1er opus de lancer les armes à la verticale.

Aux cinq initiales dans le 1er épisode, viennent s’en rajouter 3 autres qui conservent l’équilibre entre avantages et inconvénients selon les situations. Le bestiaire est toujours constitué de ses monstres iconiques comme la gargouille ou le Cyclope et se voit enrichi de nouveaux adversaires tout autant pernicieux que les anciens.

Des boss inédits font aussi leur apparition avec d’intéressants patterns à décrypter. Ghosts ‘n Goblins est connu pour sa difficulté. Dans Réeurrection, elle se décline sur 4 niveaux qui vont du Paladin au Laquais. Dans ce dernier la progression est conservée après chaque mort mais certains mystères sont inaccessibles.

Le niveau Paladin, extrêmement punitif constitue un challenge à réserver aux plus patients des fans car leurs nerfs seront soumis à rude épreuve. Par rapport à la borne d’arcade, la physique d’Arthur a changé avec une armure moins lourde, son strip-tease à chaque fois qu’il est touché jusqu’à se retrouver en caleçon demeure.

La prise en main est toujours un bonheur de simplicité, un bouton pour sauter, un autre pour attaquer et les flèches directionnelles pour viser et se déplacer. Toutefois depuis sa dernière aventure le roi Athur a appris surement de Merlin la magie. Il peut désormais en plus de son arsenal compter sur d’impressionnants sortilèges.

Pour les débloquer, il faut attraper les fées qui se manifestent aléatoirement durant les niveaux. Quand s’affiche la carte, il est permis d’accéder à l’arbre de Brocéliande. Chacun de ses fruits représente une habileté mais pour les obtenir il faut disposer du nombre de fées requis. Plus ce dernier est conséquent, plus pouvoir est important.

Développé avec le moteur maison RE qui a servi pour Monster Hunter Rise ou Resident Evil Village, Resurrection a été conçu par Tokuro Fujiwara alias Professor F le créateur historique de Ghost ‘n Goblins. On lui doit d’autres joyaux vidéoludiques tels que Commando, Megaman ou Madworld pour lequel il a oeuvré en tant que game designer.

Si les environnements sont riches et variés et le design des personnages dans une évolution normale de la licence, l’animation façon marionnettes pour théâtre d’ombre est une nouveauté qui ne rencontrera pas forcément l’adhésion contrairement aux effets produits quand la magie est utilisée.

La réorchestration du ragtime d’Ayako Mori l’une des premières compositrices employées par Capcom est réussie. Agréables à entendre, les bruitages rythment toujours aussi bien les parties, ils sonnent moins arcade et quelques absences comme le bruit de l’armure quand Arthur court ou saute sont à déplorer.

Avec la possibilité de jouer en coop en local, de passer par différents chemins ou de débusquer tous les niveaux cachés, la durée de vie de Ghosts ’n Goblins Resurrection dépend du niveau de difficulté. 12 h environ sont nécessaires pour secourir la princesse Prin Prin et libérer le royaume des griffes du véritable boss.

Le retour aux manettes des concepteurs qui ont fait l’âge d’or du jeu vidéo est souvent un gage de réussite. Celui du professeur F avec Ghosts ’n Goblins Résurrection en est la preuve. Quel dommage que la concession faite à la difficulté ait échappé à Yuji Naka avec son Balan Wonderland et qu’aucune version physique ne soit disponible.


Ghosts ‘n Goblins Resurrection
Disponible sur PS4, Xbox One, Switch et PC

Ghosts 'n Goblins Resurrection

29,99
8

Général

8.0/10

Pour

  • Le retour aux manettes du professeur F
  • Nouveaux bestiaire et arsenal
  • 4 niveaux de difficulté

Contre

  • Pas de version physique
  • animation style marionnettes pour théâtre

Silverword Auteur

Critique de Cinéma, Spécialiste High Tech, Gameur old School, le Triangle Infernal

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.