Street Fighter 6, Supreme JDC

Street Fighter 6 a été développé et est édité par Capcom sous la direction de Takayuki Nakayama après le départ du très investi Yoshinori Ono. Le jeu est disponible sur PS4, PS5, PC et Xbox Series mais pas pour Xbox One. Une version Arcade via NESICAxLive a aussi été annoncée par Taito pour plus tard cette année.
Après 7 ans le plus célèbre jeu vidéo de combat est donc de retour. Cette 7eme itération principale de la franchise met-elle à profit les atouts qu’offrent les consoles de dernière génération pour se renouveler ou s’inscrit-elle dans une continuité mesurée pour ne pas s’aliéner ses fans les plus intransigeants ?
Le jeu débute par une présentation type Chris Tucker dans le 5eme élément du Battle Hub. Sur sa chaine, Eternity explique qu’il s’agit du lieu idéal quand on est combattant de rue pour s’affronter, voir des matchs et se faire des amis. Un menu y donne accès ainsi qu’à 2 autres sections : le World Tour et le Fighting Ground.
Le Fighting Ground contient un didacticiel très complet mais surtout les modes, en ligne de combat en 1 contre 1 ou par équipe, l’entrainement pour améliorer sa technique le spécial pour des combats avec des événements surprises, l’arcade pour après 5 affrontements victorieux connaitre l’histoire d’un personnage.
Le World Tour est un mode histoire solo aventure action nécessitant la création d’un avatar. Vu le nombre de caractéristiques à paramétrer, le personnage créé peut aussi être utilisé pour le Battle Hub. Avec pour objectif de devenir plus fort, sa formation s’effectue dans les rues de Metro City sous l’œil avisé du coach Luke.
A la manière d’un jeu de rôle, l’exploration s’effectue en vue à la 3eme personne, les conversations sont des sous titres interactifs, les missions, la carte, l’inventaire se consultent depuis un téléphone et les rencontres débouchent sur des affrontements en 2D et parfois un enseignement par une figure emblématique de Street Fighter.
En faisant appel au RE Engine le moteur maison, Capcom offre à cette mouture de Street Fighter le bénéfice d’environnements riches et colorés avec une palette très années 80, d’originales animations et de nombreux effets de lumière et de peinture qui paradoxalement ne nuisent pas sensiblement à la lisibilité de l’action.
Pour sa première saison Street Fighter 6 est lancé avec 18 personnages. 6 parmi eux sont totalement nouveaux, les stigmates du temps ayant quelque peu marqué les anciens. Capcom a annoncé 4 combattants supplémentaires publiés en tant que DLC payant en cours d’année. Il s’agit de Rachid, Akuma, Ed et un combattant inédit Aki.

Pour plus d’accessibilité, au schéma de contrôle à 6 boutons est proposé une alternative à 4 boutons, un rattaché au déclenchement de coups spéciaux combiné à une entrée directionnelle et les 3 autres pour 3 différentes frappes. Un contrôle effectuant automatiquement des attaques et des combos est aussi disponible.
Un système Drive permet de faire appel à différentes techniques qui deviennent inutilisables quand la jauge est vide. Enfin le Super Art permet d’exécuter des coups surpuissants. Chaque attaque qui touche permet de le faire monter jusqu’à 3 niveaux et tant qu’il n’a pas été utilisé, il se conserve entre les rounds.
Afin de renforcer le coté street du jeu, le compositeur principal Yoshiya Terayama connu pour son travail sur le précèdent opus, Megaman ou encore DMC 5 a créé une bande son aux forts accents hip hop. Enfin pour la première fois dans la saga, des commentaires en anglais ou japonais en temps réel peuvent être activés.
En ce qui concerne la partie combat stricto sensu Street Fighter 6 confirme haut la main sa suprématie. Plutôt que d’inclure un sous RPG, proposer davantage de combattants et de stages eut été préférable malheureusement cela heurterait frontalement la logique des DLCs désormais bien ancrée dans les comptes des éditeurs.


Street Fighter 6
Disponible sur PS4, PS5, Xbox Series X/S, Arcade et PC

Street Fighter 6

57,99
8.5

Général

8.5/10

Pour

  • Direction artistique
  • Contrôles simplifiés
  • Ajout de commentateurs

Contre

  • World Tour

Silverword Auteur

Critique de Cinéma, Spécialiste High Tech, Gameur old School, le Triangle Infernal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.