Sekiro, Shadows Die Twice, plus de mal pour deux fois plus de plaisir

Le Japon médiéval avec ses guerriers Samouraïs ou Ninjas ont beaucoup inspiré le cinéma et le jeu vidéo. Editée par Activision Sekiro, Shadows Die Twice la nouvelle licence développée par From Software le studio de la saga des Souls ou de Bloodborne aura pour contexte cet univers mélangé à une dose de fantastique.
Un maitre épéiste recueille Loup et l’élève. Devenu Shinobi, ce dernier a pour mission de protéger Juro, l’héritier divin. Alors qu’il tente de le mettre en lieu sur, Loup perd son bras en affrontant le redoutable archer Genichiro Ashina. Soigné et doté d’une prothèse par un mystérieux sculpteur, il part à la recherche de son maitre kidnappé.
Sur le principe Shadows Die Twice est un Die and Retry en vue à la 3eme personne  domaine dans lequel excelle From Software mais contrairement aux apparences  le studio ne s’est pas juste contenté d’appliquer un skin nippon à Dark Souls. Ils avaient déjà travaillé sur Tenchu une série qui a commencé sur la vénérable Playstation première du nom.
Outre la furtivité, l’originalité du gameplay résidait dans l’utilisation d’un grappin. Ces concepts repris dans Shadows Die Twice sont combinés avec un système d’attaque défense consistant à casser la posture d’un assaillant. Comme pour le jeu originel, le héros est prédéfini mais il est possible d’améliorer ses compétences et les caractéristiques de sa prothèse.
A la différence d’un Dark Soul, il est permis de ressusciter immédiatement après la mort mais de manière limitée. Se reposer à l’idole du Sculpteur ou battre des ennemis permet de recharger ce pouvoir. Toutefois mourir trop fréquemment déclenche une épidémie affectant les PNJ amis que l’on pourra aider par des missions Fedex.La DA de Sekiro est véritablement soignée. Si les paysages sont assez sombres, les graphismes possèdent une esthétique poétique avec un rendu similaire à celui des estampes japonaises. Phyre Engine le moteur développé par Sony n’excelle pas dans la modélisation des visages mais est performant quand aux effets de lumière et la gestion des particules.
Malgré le verrouillage possible d’un ennemi, la gestion de la caméra est parfois capricieuse. Elle occasionnera quelques frustrations car le jeu est extrêmement punitif les boss ayant  la capacité de vider la jauge de vie en seulement quelques coups et les objets énergisants n’offrent que peu répit pour élaborer une stratégie gagnante.
Connue pour son travail chez From Software, la compositrice Yuka Kitamura n’a pas hésité pour Sekiro à utiliser des instruments traditionnels japonais. Ainsi les tambours Wadaiko illustrant les temps guerriers de la période Sengoku  côtoient la flûte Shinobue, violons, violoncelles et sa propre voix pour les moments plus intimistes.
Croisant les références au Sabreur Manchot de Chang Cheh et à La Légende de Zaitoichi pour le cinéma et les ressemblances avec Tenchu et Nioh pour le jeu vidéo, Hidetaka Miyazaki propose avec Sekiro une aventure uniquement solo ponctuée de dialogues à choix multiples sur une durée d’au moins 40 heures.
Avec plusieurs issues possibles selon les décisions prises en cours de jeu, Sekiro Shadows die Twice se mérite. Son gameplay particulièrement exigeant fera certainement grincer des dents les joueurs peu à l’aise avec le genre mais n’est ce pas en se donnant du mal qu’on obtient deux fois plus de satisfaction ?


Sekiro Shadows Die Twice
disponible sur PS4, Box One et PC

Silverword Auteur

Critique de Cinéma, Spécialiste High Tech, Gameur old School, le Triangle Infernal

Commentaires

    Jude

    (20 mai 2019 - 09:31)

    J’ai commencé ce jeu, mais je n’arrive pas à le terminer. « Sekiro, Shadow Die Twice » est vraiment compliqué. Je meurs à chaque fois et honnêtement, j’ai perdu tout espoir.

      Silverword

      (20 mai 2019 - 12:27)

      Je te conseille, de refaire plusieurs fois la partie auto pour bien assimiler le timing attaque / esquive

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.