Need for Speed Payback, sans restriction le fun est de retour

Après l’opus de 2015 qui se déroulait uniquement de nuit, Ghost et EA délivrent cette année Need for Speed : Payback dernier volet de la célèbre saga de course. Le jeu lancé, la prise en main commence directement en pleine course successivement au volant des bolides conduits par une bande d’amis : Mac Sean McAlister, Jessica Miller et Morgan Tyler.
A l’arrivée une certaine Linda Navarro leur propose de dérober un véhicule prototype surpuissant. Faisant partie en réalité du Clan, elle les double en leur subtilisant le bolide tout en leur faisant porter le chapeau. Avec l’aide de son équipe, Morgan entreprend de se venger en gagnant toutes les courses truquées organisées dans Fortune Valley par le Clan.
Chaque membre ayant sa spécialité, Mac prend en charge les courses tout terrain et de drift. Jessica doit échapper à la police en transportant des passagers qui n’ont pas intérêt à se faire attraper tandis que Morgane s’occupe des courses restantes. Le scénario très Fast and Furious du mode campagne est plutôt accrocheur.
Le ton est crédible y compris dans sa version française Morgan étant interprété par le talentueux Donald Reignoux. Si les personnages sont quelque peu caricaturaux, ils n’en demeurent pas moins sympathiques. Toutefois la modélisation des visages n’est pas vraiment le fort de cette version 3.5 de Frosbyte.
Certaines cinématiques tiennent plus de l’ancienne génération que de l’actuelle. En revanche, rien à redire à l’encontre du graphisme des voitures. Grace aux effets de lumière, les paysages sont magnifiques, surtout la nuit. S’ils manquent d’un peu de détails, la contrepartie est de taille car Fortune Valley est un monde ouvert avec une carte importante.En plus des missions, apparaissent dessus des panneaux publicitaires à percuter, des stations essences, des radars à griller ou encore des indices d’épaves à collecter. Toutefois l’arcade reste l’ADN de la licence. La sensation de vitesse est toujours grisante et le plaisir de foncer ou de se débarrasser de ses adversaires à grand coup de volant est bien là.
Certains mini-défis sont tellement prenants qu’il est possible d’en oublier son objectif principal. Durant les missions, ils font l’objet de paris qui augment les enjeux et la pression en soustrayant ou augmentant les crédits à collecter. Cumulé l’argent permet d’acheter de nouveau véhicules dans des concessions ou de personnaliser ceux déjà acquis dans des garages.
En cas de victoire les Speedcartes ou les cargaisons sont aussi de sérieux atouts pour améliorer les performances de votre voiture. Depuis la croix directionnelle  il est possible de changer la vue, faire défiler le morceaux de musique, klaxonner et à tout moment passer en mode photo pour prendre un cliché à soumettre éventuellement aux votes de la communauté.
Enfin la bande originale est hétéroclite et bien pêchue avec du rock comme par exemple celui de Queen of the Stone Age ou du rap à la cool chanté par Action Bronson. Au volant d’une voiture de sport en écoutant The Devil You Know d’X Ambassadors, on ne peut s’empêcher de se prendre pour Tom Ellis le héros de la série Lucifer.
Avec plus d’une vingtaine d’heures de jeu pour la campagne sans compter les missions annexes, les défis ou le temps passé à peaufiner son écurie, la durée de vie de Need for Speed Payback est conséquente. Comme pour d’autres licences, la sortie d’un titre par an finit par éroder l’intérêt des joueurs.
Si après Rivals, Need for Speed 2015 a donné l’impression d’un titre incomplet, Ghost a cette fois disposé de plus de temps. Le fun est de retour sans restriction dans le monde de Need for Speed Payback de jour comme de nuit.

Need for Speed Payback
Disponible sur PS4 et Xbox One

Need for Speed Payback

64.50
Need for Speed Payback
8

Global

8.0 /10

Pour

  • Un monde ouvert
  • La sensation de vitesse
  • Missions de jour comme de nuit

Contre

  • Modélisation des visages

Silverword Auteur

Critique de Cinéma, Entrepreneur High Tech, Gameur old School, Journaliste 2.0. La Quadrature du Cercle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *