Ne Coupez Pas, mais surtout ne manquez pas ce film

Présenté au PIFFF et primé au Kinotayo, One Cut of the Dead traduit par Ne coupez pas va sortir en salle le 24 avril en France. Fiez vous aux apparences en croyant aller voir un énième film de série Z dont vous n’attendez rien, vous serez bien surpris.

Dans une usine désaffectée, une équipe peine à tourner un film de genre à petit budget. Très rapidement de véritables zombies font leur apparition toutefois il en faudrait bien plus au réalisateur qui n’a pas l’intention quoi qu’il en coute de couper sa caméra.

Comme la fiction qu’il est censé raconter, Ne coupez pas est  un film de zombie indépendant. Toutefois par la finesse de son montage  il se classe dans la catégorie phénomènes du genre comme ont pu l’être en leurs temps, Le Projet Blair Witch ou encore Paranormal Activity.

S’amusant avec les codes du film d’horreur, il réussit aussi à s’inscrire dans le registre de la comédie sous la forme d’une version trash de Ca tourne à Manhattan distillant au passage  quelque piques à l’égard du monde de la télévision et des exigences du direct.

Si la plupart des acteurs sont excellents dans leurs rôles respectifs, parmi les prestations plus marquantes celle du personnage central, le réalisateur joué par Takayuki Hamatsu verse avec brio aussi bien dans le registre du drame que celui du burlesque.
Surtout employée en ressort comique de caractère, sa compagne à l’écran interprétée par Harumi Syuhama  accumule avec facétie les références aux films de genre à tendance horrifique allant de Massacre à la tronçonneuse à REC en passant par Halloween.
Autodidacte, le véritable réalisateur Shinichiro Ueda, non issu d’une école de cinéma s’est formé sur le tas. Clairement amateur de film de genre, le plaisir qu’il a eu pour faire son film est si communicatif qu’il transparait à l’écran pour le bonheur du spectateur.
D’ailleurs il a également su motiver des étudiants de l’école d’art dramatique Enbu Seminar de Tokyo aussi bien pour jouer que pour l’assister sur le plateau le tout en 8 jours avec un plan séquence de 37 minutes et pour un financement total de 25 000 euros.
Initialement programmé dans 2 petites salles pour 3 semaines, le film de Shinichiro Uedaa été vu  rien qu’au Japon par 1.5 millions de spectateurs dans plus de 300 cinémas devenant ainsi le plus gros succès de l’histoire du cinéma indépendant nippon.

Il adresse un joli message à destination des cinéastes en herbe en démontrant qu’avec un budget limité et de l’ingéniosité, il est encore possible aujourd’hui de surprendre et d’accrocher les spectateurs au cinéma.

Que vous soyez fan de culture japonaise, amateur de genre ou tout simplement cinéphile ne le manquez pas.

Ne Coupez Pas
Sortie en salle le 24 avril 2019

Silverword Auteur

Critique de Cinéma, Spécialiste High Tech, Gameur old School, le Triangle Infernal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.