Broken Mind, triple A sors de ce store

En juin, le Summerfest d’XboxSquadFr proposait d’assister à la conférence XboxBethesda sur grand écran au Grand Rex. Pour l’occasion était invité Tony De Lucia qui annonçait la sortie prochaine de Broken Mind, un survival horror teinté d’action qu’il a entièrement développé seul après 5 années de dur labeur.
Frank Morgan, se réveille dans une maison qu’il ne connait pas. En la visitant, d’étranges nuages de fumée noire le font suffoquer, d’énormes tentacules lui bloquent certains passages et des rubans jaunes typiques de ceux posés par la police américaine indiquent des scènes de crime. Mais tout cela est-il vraiment réel ?
En 2022 se lancer seul ou à équipe très réduite dans le développement d’un jeu vidéo avec pour objectif d’en être l’éditeur et d’en vivre semble fou. A l’image des exceptionnels chefs d’œuvre que sont Another World, Flashback ou Eden’s blues, le travail que cela représente est colossal et le résultat obtenu plus qu’incertain.
Après 2Urvive un shooter façon ikari warriors et brutal rage un jeu de combat en mode street of rage, Tony De Lucia via son studio 2 Bad Games s’est lancé dans Broken Mind un jeu de survie en vue à la première personne empruntant aussi bien à Wolfenstein 3D pour le moteur qu’à Alone in the Dark pour l’ambiance.
Si le thème de la rédemption personnelle en tentant d’aider autrui ne brille plus par son originalité, l’enquête menée par Frank Morgan pour retrouver une jeune fille kidnappée lors d’un direct sur un réseau social est captivante. Les indices à trouver en mode pointer cliquer sont intelligemment présentées pour pouvoir avancer.
Les énigmes à résoudre sont dans la même veine, accessibles. Un peu répétitives, les phases d’action sont comparables à celles d’un Doom période Id Software. Enfin, Broken Mind contient quelques quick time events et des phases d’infiltration qui n’ont rien à envier niveau stress à Resident Evil ou à Alien Isolation.
Si Tony De Lucia avait pensé au pixel art, il a au final opté pour un style qui mélange 3D via la modélisation de plus de 130 objets et la création de1000 dessins et textures faits à la main. Ce travail de titan permet à Broken Mind de bénéficier d’un cachet bien plus harmonieux mais surtout d’une identité qui lui est propre.

Pour que la plupart des dialogues soient doublés, 7 acteurs ont été sollicités. Chacun convaincant dans son rôle, s’exprime dans un anglais parfaitement compréhensible de plus, tout est sous-titré en français. La musique de Chris Hoole n’est pas en reste grâce son ambiance oppressante en adéquation avec le jeu.La narration demeure sans conteste le domaine où Broken Mind excelle. Entre les flashbacks, les phases d’hallucination et les scènes d’action, le « montage » est suffisamment équilibré non seulement pour maintenir l’intérêt mais surtout pour faire ressentir des émotions, une qualité rare digne des meilleurs triple A.
Broken Mind n’est certes pas exempts défauts. Le bestiaire est restreint, les combats répetitifs et les mini boss absents. Si l’aventure se termine en 3h et la rejouabilité est faible, il est clair que l’ambition de Tony a été limitée par un manque de moyens. Le potentiel est bien là et il est énorme.
Il est d’ailleurs surprenant qu’à ce jour aucun portage sur mobile ne soit évoqué. Broken Mind s’y prête totalement et il ferait surement encore plus recette. En attendant, n’hésitez pas à aider 2 Bad Games à s’affranchir de ses contraintes budgétaires. Ce studio et éditeur indépendant fera surement encore parler de lui à l’avenir.


Broken Mind
Disponible sur PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series X/S et Switch

Broken Mind

9,99
8

Général

8.0/10

Pour

  • Narration
  • Mélange des genres
  • Musique

Contre

  • Pas de mini boss

Silverword Auteur

Critique de Cinéma, Spécialiste High Tech, Gameur old School, le Triangle Infernal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.