Test des SSD Sandisk Ultra et WD Blue, la technologie 3D NAND réduit l’écart avec Samsung

Dans le domaine du stockage, l’utilisation du SSD devient peu à peu la norme. Depuis le WD Green SSD, Western Digital a amélioré ses disques en les dotant de la technologie 3D NAND à 64 couches. En plus d’être de couleur bleue, le packaging du WD Blue SSD en fait naturellement mention.
Les 3 ans de garantie, la capacité de stockage, les taux de transfert en écriture et en lecture théoriques sont également mentionnés. A l’intérieur se trouvent un disque WD Blue SSD de 500 Go, la garantie et l’assistance technique préconisant de se rendre sur http://support.wd.com en cas de besoin.
Alors que la gamme verte est recommandée pour une faible consommation en énergie, la bleue se destine à un usage polyvalent pour booster la réactivité d’un portable, le combiner à un disque HDD pour une solution hybride ou encore remplacer le disque vieillissant d’une console de salon.

En plus de WD SSD Dashboard, le tableau de bord de surveillance, Western Digital propose le logiciel de clonage Acronis True Image utilisable seulement avec les disques de la marque en mode système. Uniquement disponibles pour Windows, leurs équivalents sur Mac ne sont toujours pas fournis.Référent dans le montage vidéo pro, Disk Speed Test de BlackMagicDesgin affiche pour le WD Blue SSD des valeurs assez proches de son homologue vert soit en lecture 504 Mb/s mais un peu en deçà en écriture 402.7 Mb/s. Pourtant un MacBook de 2011 au lieu de 2008 avec des caractéristiques de puissance et de mémoire supérieure a été utilisé.
Sous Mac OS High Sierra, le disque s’est montré toutefois parfaitement réactif avec les applications d’usage classique pour de la bureautique, le web et la messagerie. Le démarrage ne requiert que 18 secondes alors qu’il s’agit de la dernière version de Mac OS sur une machine vieille de 6 ans.Western Digital ayant acquis Sandisk,  le constructeur a aussi naturellement intégré la technologie 3D NAND aux disques SSD de cette marque. Avec des dimensions comparables à celles du WD Blue SSD, le packaging du Sandisk Ultra 3D SSD conserve les code couleurs originelles le blanc et le rouge.
On y retrouve la quantité de stockage, les taux de transfert et la mention de la 3D NAND. Par contre la garantie constructeur de 3 ans figure au dos de la boite. A l’ouverture on obtient le SSD Ultra 3D de 1 To, la garantie et un feuillet indiquant l’url pour apprendre à installer le disque et une autre pour télécharger l’outil SSD Dashboard.
Déjà efficace pour les démarrages rapides dans sa version Extreme Pro, le Sandisk Ultra 3D SSD reprend cette caractéristique mais propose aussi des temps de chargement raccourcis qui parleront automatiquement aux gameurs. En remplacement du Samsung SSD M.2 PCIe 256 Mo installé dans un PC Omen 880, l’installation de Windows 10 a pris 7 minutes montre en main.
Elle s’est faite depuis une clé USB sans prendre en compte les mises à jour. Démarrer le système requiert alors 6,42 secondes. Sans surprise l’offre logicielle est similaire à celle proposée pour le WD Blue à savoir les outils Dashboard SSD ansi que le logiciel True Image d’Acronis restraint à la création de d’image disque.
Sous Disk Speed Test avec le même Macbook 2011, les taux de transfert affichés sont de 512 Mb/s en lecture et 458 Mb/s en écriture. L’intégration de la technologie 3D Nand à 64 couches permet donc à Western Digital de dépasser en écriture et d’approcher en lecture les performances du Samsung EVO 850 testé l’année dernière.
Il appartient désormais au constructeur de maitriser ses coûts de fabrication afin de challenger son concurrent au niveau des prix.

WD Blue SSD 500 Go
169 euros

Sandisk Ultra 3D SSD 1 To
382,84 euros

Sandisk Ultra

382.84
Sandisk Ultra
8.5

Global

8.5/10

Silverword Auteur

Critique de Cinéma, Entrepreneur High Tech, Gameur old School, Journaliste 2.0. La Quadrature du Cercle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *