1996 a été une année faste en création de sociétés spécialisées réseau. Ajourd’hui TP-Link figure parmi les acteurs les plus importants du secteur. Lors de sa dernière conférence de presse, la société annonçait par la voix de son directeur France, Alexander Wu se lancer sur de nouveaux marchés.

Outre la maison intelligente, les objets connectés et les services dans le nuage, TP-Link investit la téléphonie avec la marque Neffos. Après les gammes Y et C, arrivent en 2017 les modèles X1 Max et X1 au packaging de forme carrée sur lequel s’inscrit le logo Neffos en lettres dorées accompagné d’un X en relief.
A l’intérieur se trouvent le X1, des écouteurs, 2 paires d’embouts de taille S et L, un chargeur d’alimentation, un câble micro USB, la garantie, un guide de démarrage, de la documentation réglementaire, un extracteur de carte SIM et une protection d’écran.
La caractéristique première quand on prend en main le Neffos X1 est son esthétique soignée. Son dos métal en bi teinte gris / gris foncé lui confère une élégance à faire regretter tous les icônes de certification situés en bas du mobile. Ils restent néanmoins suffisamment discrets pour ne pas tout gâcher.
L’envers du Neffos X1 est également l’endroit ou se trouve son capteur d’empreintes à reconnaissance rapide soit 0,2 s pour le déverrouillage d’écran. Bien mieux placé que celui du Samsung S8, il évitera à son propriétaire d’avoir à nettoyer en permanence l’optique du capteur photo de 13 MP qui l’équipe.
Avec un auto focus réactif à 0,2 secondes et un mode dédié à la prise de vue en nocturne, l’expérience photographique obtenue avec le Neffos X1 est satisfaisante même si sa camera frontal à 5MP aurait gagné à être aussi qualitative que sa voisine provenant de Sony.
Son format 5 pouces à 1270×720, sa densité proche des 300 ppp et sa grande luminosité placent l’écran IPS du X1 parmi les meilleurs en entrée de gamme. 76% de ratio taille/écran évitent d’avoir des bords trop larges pour confortablement afficher du contenu multimédia.

Sans être un fou de guerre, l’octocore Mediatek Helio P10 cadencé à 1,8 GHz fait tourner de manière fluide NFUI la surcouche maison à Android 6.0. Il est en cela aidé par 2 Go de RAM. Ainsi les applications consommatrices de puissance comme les jeux 3D n’en viennent pas facilement à bout.

Par contre, en renfort des 16 Go de stockage dont 5 occupés par le système l’extension à 128 Go via l’emplacement SD est clairement la bienvenue. Le slot peut aussi servir à loger une seconde carte SIM mais il faudra alors renoncer à l’apport d’espace de la carte SD.
Un récepteur radio intégré avec les écouteurs en guise d’antenne, un bouton physique pour passer en mode silencieux et une application dédiée pour directement faire parvenir à TP-LINK son retour d’experience sont autant de petits bonus venant avec le Neffos X1.
Le choix de la finesse (7,95 mm d’épaisseur), d’un poids plume de 135 grammes et de composants qualitatifs comme le capteur d’empreintes la camera Sony ou les hauts parleurs exige une contrepartie. Si elle ne s’est pas reportée pas sur le prix, elle concerne l’autonomie.
Disposant d’une batterie inamovible de 2250 mAh, le Neffos X1 a besoin d’être rechargé au bout de 8 heures pour un usage combinant réseaux sociaux, consommation multimédia et appels téléphoniques. Aller au delà d’une journée en mobilité nécessite donc l’achat d’une batterie d’appoint.
Avec le X1, TP Link est en bonne voie pour faire sa place sur le marché de la téléphonie en proposant un smartphone d’entrée de gamme qui répond aux besoins des consommateurs tout en conservant un rapport cout performance séduisant. Les modèles à venir risque fort d’attirer l’attention des concurrents.

Neffos X1
189 euros sur materiel.net