Test de Burnout Paradise Remastered, reprendre de la gomme brulée en dessert

Après Shadow of the Colossus, les remasters de grands classiques du jeu vidéo se succèdent. Dans la catégorie simulation automobile de type arcade figure Burnout Paradise. Edité par Electronic Art et développé par Criterion Games le 10ème opus de cette saga âgée de 18 ans a t il conservé toute sa saveur ?Le synopsis est d’une grande simplicité. Il s’agit d’explorer comme on l’entend une ville dénommée Paradise City où « chaque route est un défi ». Tout au long du jeu, DJ Diabolica la voix de la radio Crash FM vous servira de guide pour d’abord comprendre les mécaniques de base et par la suite suggérer d’éventuelles actions à mener.
La première voiture à disposition à la casse est une Hunter Cavalry de catégorie cascade conçue pour les sauts et les vrilles. En piteux état, il faudra la conduire au garage le plus proche. Une mini carte et des panneaux indiquant la route et les intersections à venir permettent de se repérer.
Entre les traques où en se rendant à un point précis, il faut échapper à ses poursuivant, les records de vitesse à battre, les cascades à exécuter et les Road Rage où dans un temps imparti l’on doit provoquer le crash des autres pilotes tout en préservant son véhicule de la destruction, les épreuves ne manquent pas dans Paradise City.
Pour en débuter une, il suffit de s’arrêter à un feu rouge et d’accélérer tout en freinant. Maintenir une voiture sur place de cette façon fait « bruler » ses pneus et c’est la définition du « burnout » Utile durant les traques, le boost qui permet augmenter temporairement la vitesse d’un véhicule s’obtient en faisant le plein dans des stations service.
Gagner améliore votre permis afin d’obtenir de nouvelles voitures jusqu’à décrocher le Burnout. En dehors des épreuves, trouver des raccourcis, détruire les panneaux publicitaires, changer la couleur de votre voiture à l’atelier de peinture, effectuer en course libre des Takedown à un autre pilote pour récupérer sa voiture, Burnout Paradise fourmille d’actions annexes.
Outre le fait que le jeu tourne sur les consoles de 8eme génération + (PS4 Pro, Xbox One X) à 60 FPS et en 4K, les graphismes de cette nouvelle version sont moins ternes, plus colorés et les textures ont été bien améliorées même si la version de Paradise sur PS3 n’a pas à rougir de la comparaison avec ses 10 ans d’âge. Les 8 DLC sortis à l’époque sont réunis dans cette édition.

On retrouve la possibilité d’explorer la carte de Big Surf Island et de posséder divers véhicules. Se croire dans SOS Fantôme au volant de la Hunter Manhattan Spirit, enfourcher une Nakamura FV1100 telle Trinity dans Matrix ou de jouer côté policier aux gendarmes et aux voleurs façon Fast and Furious sont autant de libertés qui participent au charme de Burnout.
Aucun de soucis, d’argent, de pénurie d’essence, de limitations sur la route, Burnout Paradise Remastered est un véritable jeu en monde ouvert avec une intervention transparente du mode en ligne. Sa jouabilité ne dénote pas avec celle de licences actuelles hormis une lisibilité au niveau de la carte et une navigation dans les menus un peu passées.Grâce à des valeurs sures à tendance majoritairement rock comme Gun’s n Roses (Paradise City) The Pigeon Detective (I am not sorry) ou Depeche Monde (Route 66) la bande son a conservé et donne toujours autant la pêche. Burnout Paradise est la parfaite démonstration qu’avec des recettes datant d’une décennie un titre remasterisé peut en avoir sous le capot.

Sa durée de vie n’ayant pas changé, Burnout Paradise Remastered séduira plutôt ceux qui découvrent la licence. Les autres soigneront leur nostalgie en dépoussiérant leur ancienne console pour se lancer dans une séance endiablée de retro gaming avec la version originale.

Burnout Paradise Remastered
Disponible sur PS4 et Xbox One

Silverword Auteur

Critique de Cinéma, Spécialiste High Tech, Gameur old School, le Triangle Infernal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.