ROG Ally, elle a tout d’une grande

Longtemps monopolisé par la Switch et les téléphones portables, le jeu vidéo mobile connait une nouvelle ère. Située entre la pionnière SteamDeck de Steam, le nouveau venu Legion Go de Lenovo et l’à venir Playstation Portal la ROG Ally d’Asus a-t-elle suffisamment d’atouts pour occuper la 1ere place du marché ?
Le format utilisé pour le packaging est celui d’une mini boite à chaussure. Sur un fond en dégradé de gris, une illustration de la ROG ALLY occupe toute la surface supérieure. Sur les côtés s’affiche le logo Republic of Gamers alors que sur les faces supérieures avant et arrière est inscrite l’appellation commerciale du produit.
L’intérieur contient la ROG ALLY, console portable d’Asus, un bloc d’alimentation au format USB type C, un support blanc en carton recyclé pour maintenir la console à l’horizontal un guide international de démarrage rapide et un manuel contenant les garanties constructrices de 2 ans en plusieurs langues dont le français.
Si design de la Rog Ally ne renie en rien son ADN gaming, le choix du blanc apporte un peu de sobriété.  Avec ses 608g, 280 mm de long, 111 mm de large pour une épaisseur de 21,2 mm, la ROG ALLY est plus imposante que la Switch mais moins lourde que la Steam Deck. Sa prise en main reste toutefois agréable.
Bien que le matériau utilisé pour la coque soit du plastique respectivement sous et sur les poignées le maillage antidérapant et les stries empêchent la console de glisser. Avec une disposition assez proche de la manette Xbox, les sticks asymétriques, les gâchettes, les boutons tombent naturellement sous les doigts.
Après un martelage intensif d’un mois, leur sensibilité n’a pas bougé car à la différence de la Switch ou de la Legion Go les manettes sont inamovibles. Elles sont séparées par un écran tactile LCD IPS 16:9 de 7 pouces affichant une résolution de 1920×1080 px avec un taux de rafraichissement qui s’élève à 120 Hz.
Embarquant un processeur octocore AMD Rysen Z1 Extreme cadencé à 3,3 Ghz une puce graphique Radeon et 16 Go de LPDDR5, la ROG Ally est un PC de gaming d’ailleurs son système d’exploitation est Windows 11 familial. Grâce à un SSD NVMe M.2 SSD de 512 Go l’OS de Microsoft est vraiment réactif.

Exactement comme pour les ROG Phone avec Android, la partie Gaming de la ROG Ally est pilotée par Armoury Crate SE. Activable depuis le second bouton en haut à droite de l’écran, l’application affiche les jeux installés ainsi que les lanceurs des principales plateformes pour leur céder la place quand ils sont lancés.
Armoury Crate SE permet de connaitre toutes sortes d’informations sur la console. Elle sert aux mises à jour des firmwares, à affiner de nombreux paramètres comme le mode de contrôle, la fréquence d’affichage, l’éclairage des LEDs autour des sticks, l’audio, la ventilation, les captures d’écran et les enregistrements.
Autre avantage du savoir-faire Asus concernant les besoins en mobilité, le second bouton en haut à gauche de l’écran déclenche l’affichage d’un menu d’accessibilité dénommé centre de contrôle. Modifiable, il permet aussi d’ajuster certains paramètres sans quitter une partie ou une application en cours d’exécution.
En entrée sortie, la Rog Ally dispose d’un bouton d’alimentation lecteur d’empreintes, d’un port Displayport USB-C pour la charge ou la connexion de périphériques, d’une interface pour la ROG XG Mobile, la carte graphique externe maison, d’un emplacement pour une carte micro SD et d’une prise jack audio casque et micro.
Les 2 enceintes en façade délivrent un son stéréo de bonne facture et le microphone intégré bénéficie d’une technologie intelligente de réduction de bruit. Grâce à des ventilateurs silencieux et un châssis aéré, l’audio n’est aucunement parasité. Évacué vers la tranche supérieure, l’air chaud ne provoque aucune gêne au niveau des poignées.
Microsoft a progressé quant à la consommation électrique de Windows comme l’a prouvé le Yoga C630 l’ultraportable sous Snapdragon de Lenovo. Même si sa batterie de 40 Wh se recharge en 1h environ, l’autonomie de 2h maximum de la ROG Ally est forcément due à la gourmandise en énergie de ses composants.

La ROG Ally a tout d’une grande cependant elle prête le flanc aux produits concurrents à cause du besoin d’avoir une prise électrique à proximité quand on veut jouer sérieusement.  Elle peut être qualifiée de console facile à déplacer mais son usage à terme équivaut à celui d’un PC portable de gaming en bien moins cher.


ROG Ally
799 euros sur estore.asus.com

ROG Ally

799
8

Général

8.0/10

Pour

  • Une console mais aussi un PC
  • Ergonomie du format
  • La couche logicielle Gaming

Contre

  • Autonomie

Silverword Auteur

Critique de Cinéma, Spécialiste High Tech, Gameur old School, le Triangle Infernal

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.