Capcom Arcade Stadium, le temps béni des bornes d’arcade

Tandis que l’acquisition de jeux retro devient un business, il est heureusement toujours possible pour les passionnés connaitre les frissons de l’âge d’or du jeu vidéo via l’émulation. La solution n’est pas nouvelle et la qualité de sa mise en œuvre varie selon l’éditeur. Qu’en est-il de la proposition de Capcom avec son Arcade Stadium ?

Disponible uniquement en ligne, Capcom Arcade Stadium est à la base un jeu gratuit. Dans les fait il s’agit surtout d’une plateforme. Lancée, elle plonge le joueur dans une salle d’arcade. Il y apparait toute une série de bornes placées côte à côte pour gagner le maximum de place comme c’était l’usage à cette époque.

Les jeux sont classés par type dans un menu horizontal. La navigation s’effectue via les gâchettes et le parcours via le stick. Il est possible d’effectuer une sélection qui se retrouvera dans la catégorie Favoris. La raison d’être de la section Jouable s’explique par le fait qu’initialement seule 1943 La bataille de Midway est débloquée.

Pour activer les autres jeux, l’acquisition des packs arcade L’Aube, la Révolution et l’Evolution est nécessaire. Ils regroupent 30 jeux selon leur année de sortie entre 84 et 88 pour le 1er, de 89 à 92 pour le second et de 92 à 2001 pour le troisième. Chacun est vendu 14,99 euros et l’offre groupée des 3 revient à 39,99 euros.

Les divas ne pouvant se mêler à la plèbe, Ghost’n Goblins dont le dernier opus Resurrection a été récemment testé, ne figure dans aucun pack. Le jeu star ne peut être acheté que séparément pour 1,99 euros. D’autres DLCs sont également proposés à 0,99 euros comme des fonds d’écran et une option d’invincibilité.

Ce mode triche apparait quelque peu superflu car Capcom Arcade Stadium en plus de l’ajustement de la vitesse de jeu et la possibilité de sauvegarder à tout moment propose le rembobinage. Ainsi comme dans certains jeux de course, il est possible à tout moment de revenir en arrière dans le temps et autant de fois que nécessaire.

L’impression d’être dans une salle d’arcade est bien restituée. Les bornes à la ROM interchangeable sont sympathiques. Si l’affichage en vue à la première personne du meuble s’avère immersif, d’autres options sont proposées comme l’orientation de l’écran, la vue en 2D, avec des filtres et même avec un fond en arrière-plan.

Rajoutant à la simulation, la musique d’ambiance rappelle celle qui pouvait régnait dans ces salles en ce temps-là, la cacophonie en moins. Il faut aussi compter avec l’insertion nécessaire de pièces pour pouvoir jouer. Ces sons étaient si satisfaisants à entendre car corrélés au nombre de parties possibles.

Capcom Arcade Stadium propose aussi des options de son temps comme le manuel pour chaque jeu, et variant selon ces derniers, des modes défi permanents, en durée limitée , chronométrés, avec objectifs de points ou des contraintes spécifiques pour une publication en ligne selon différents types de classements.

Outre les Ghost’n Goblins, Street Fighter II et 1943, la joie de retrouver les sensations des jeux cultes mais pas tant que ça réédités tels que Strider, Captain Commando ou Dynasty Wars est immense. Elle supplante indiscutablement la latence due à l’émulation perceptible uniquement par les puristes.

Capcom Arcade Stadium est une madeleine de Proust des plus savoureuses malgré l’absence de version physique. Il est ironique qu’en rendant le jeu vidéo accessible jusqu’à plus soif, les consoles de salon responsables de l’extinction des bornes d’arcade risquent fort d’être à leur tour menacées par la dématérialisation.


Capcom Arcade Stadium
Disponible sur PS4, Xbox One, Switch et PC

Capcom Arcade Stadium

0.00
9

Général

9.0/10

Pour

  • L'ambiance salle d'arcade
  • La sélection des titres
  • Les options

Contre

  • Pas de version physique

Silverword Auteur

Critique de Cinéma, Spécialiste High Tech, Gameur old School, le Triangle Infernal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.