Starhawk sur PS3 [Test]

Dans Starhawk, vous incarnez un soldat ayant la particularité d’avoir été transformé par une «  faille ».

En mode campagne, le jeu commence par un tutoriel afin de se familiariser avec les contrôles. La prise en main est plutôt simple et classique, cependant la durée du tutoriel est parfaite, car elle permet aussi de comprendre les spécificités du jeu. En effet notre soldat, lorsqu’il se trouve au sol, est appuyé par son supérieur, qui peut lui envoyer toutes sortes de bâtiments, offensifs ou défensifs.

Une dizaine de bâtiments sont disponible selon les niveaux (Rampe de lancement, garage, générateur de bouclier, extracteur, etc.). Le soldat possède une jauge d’énergie, divisée en plusieurs parties, qui se remplit grâce à l’énergie libérée par les ennemies ou lorsqu’on la trouve dans les décors. Les bâtiments nécessitent plus ou moins d’énergie selon leur efficacité. Ces bâtiments arrivent sous la forme de capsule et se «déplient» lorsqu’ils touchent le sol à la façon des Transformers.

Pour ma part je trouve que le menu d’accès à ces bâtiments ne sont pas assez pratique vu leur utilité durant les combats. Les armes sont plutôt variées en général, par contre en mode campagne le choix est restreint durant les premiers niveaux. Un point fort de Starhawk est de pouvoir passer du combat au sol au combat aérien en un rien de temps, ce qui en mode solo diversifie les missions, et en mode online rend les batailles d’autant plus intensives, surtout sur les grandes cartes. Le menu des armes est pratique au début, lorsqu’on n’en possède peu, par la suite il se complexifie au fur et à mesure sachant que le joueur peut conserver jusqu’à 8 armes en même temps. (Sur le même principe qu’un Ratchet & Clank)

Dans le mode campagne, des cinématiques, graphiquement dans le même esprit qu’Infamous 2, font la transition entre chaque niveau.

Et le mode Online alors ?
Le mode Online est le cœur du jeu. Avec des cartes accueillants jusqu’à 32 joueurs, il permet une expérience de jeu idéale. Quatre modes sont disponibles : Contrôle de Zones ; Capture de drapeaux, Deathmatch et Match à mort par équipe. Le menu pour y accéder est très utile lorsqu’on passe de la campagne au mode online ou mode coopératif.

Cependant, qui dit monde online dit autres joueurs. Et dans ce jeu, la diversité des véhicules et la facilité de créer des bâtiments obligent à une certaine «  coordination » dans les équipes. (Il y a toujours deux équipes : les soldats et les aliens). Malheureusement, il n’est pas rare d’assister à des parties à sens unique, lorsque la plupart des joueurs s’isole et ne joue pas en équipe. (spawnkill). 

Les joueurs peuvent récupérer des armes différentes selon les bâtiments construits, comme par exemple des snipers dans les tours de guet, ou des lance-roquettes dans le bunker de dépôts. (Cependant le lance-roquette est utilisé en grande majorité).

Les cartes sont variées ; soit dans l’espace soit au sol, de tailles différentes.

Un bémol dans ce jeu pour son mode écran scindé. Pour y jouer vous devez avoir deux comptes utilisateurs sur la MÊME console, ces deux comptes doivent avoir chacun leur propre compte Playstation network. Tout cela pour aboutir finalement à un mode coopératif répétitif et peu agréable à moins d’avoir un écran géant.

Starhawk est donc un jeu bien finalisé, avec peu de bugs, qui propose un mode campagne original, avec des structures et des armes diversifiées. Son mode online est agréable si l’on tombe sur des joueurs ayant l’esprit d’équipe et qui ne font pas les bourrins.  Un grand merci à jjj pour son aide à l’élaboration de ce test.

Silverword Auteur

Critique de Cinéma, Spécialiste High Tech, Gameur old School, le Triangle Infernal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.