Test du Epos GSX 300, une carte son externe pour gamer convaincante

Epos est la marque de Sennheiser dédiée aux gamers avec à la fois des équipements qualitatifs et performants. Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur le cas du Epos GSX 300, une carte son compacte et externe, dédiée à l’amélioration du son. Facile à utiliser et configurable via un logiciel maison, le Epos GSX 300 est vendu sous la barre des 80€.

Epos GSX 300

Le GSX 300 est simplement livré avec un câble micro USB et quelques feuillets. Rien d’extravagant mais on ne s’attend pas à plus.

Epos GSX 300

La carte son externe se présente comme un petit boitier de moins de 300 grammes aux dimensions restreintes : 350 x 310 x 310 mm. Sur la face avant nous allons retrouver un assez gros potentiomètre entouré d’un anneau lumineux et, sur le côté gauche, un bouton multifonction qui permettra (on le verra plus tard), changer de profil audio.

Epos GSX 300

Enfin, à l’arrière, on retrouvera le port micro USB dédié à l’alimentation / communication ainsi que deux entrée mini-jack 3.5 mm : l’un pour l’haut-parleur, le second pour le micro. Et c’est à peu près tout, nous sommes sur quelque chose de très compact et minimaliste, qui est de manière subjective, pas pour déplaire. En effet, la simplicité est de mise avec le potentiomètre à cran permettant de gérer le volume de sortie.

Mais à quoi ça sert ? Telle est la question que l’on pourrait se poser, tant toutes les cartes mères, que cela soit sur PC fixe et portable, possèdent de quoi traiter le son. Et bien, avoir une carte son externe va vous permettre d’avoir un équipement dédié pour le traitement du son, afin autant d’en améliorer le rendu (clarté, basse) que d’appliquer de la spatialisation (comme de la 7.1). Mais pas que, en effet, la carte son va aussi vous permettre d’améliorer le son capté par votre micro en appliquant par exemple des algorithmes d’annulation de bruits. Notez qu’il existe autant des cartes sons interne (connectées en PCI par exemple), que des externes (connectées souvent en USN) comme le GSX 300 ici présent. Totalement Plug & Play, le Epos GSX 300 est immédiatement reconnu par Windows 10, mais son utilisation en sera que meilleure en installant l’application Gaming Suite. L’utilisation d’un casque avec une impédance entre 25 et 75 Ω est conseillée pour tirer parti au maximum du GSX 300.

La configuration du son est assez précise

Après une rapide mise à jour proposée de la carte son, la Gaming Suite est très simple d’utilisation avec deux principales pages de configuration : l’une pour la sortie, l’autre pour l’entrée (micro). Plusieurs profils sont pré-enregistrés (jeu, normal, film, esport, etc.) avec à chaque fois la possibilité d’activer la spatialisation du son (dès lors, l’anneau lumineux change de couleur). Le logiciel est ainsi très simple à configurer et chaque changement de profil via le bouton physique sur la carte son, affichera une petite pop-up sur le bas de l’écran pour connaitre le profil appliqué.

Mais dans les faits, est-ce que cela change quelque chose ? La réponse est simple : oui. Même si parfois c’est assez minime, on ressent tout de même une amélioration du rendu sonore avec plus de clarté, et ce avec deux de mes casques : le Sennheiser GSP 600 et le Beyerdynamic Custom Game. Idem pour la spatialisation du son en 7.1. Celle est de très bonne facture lorsqu’on l’utilise en jeu permettant d’avoir un son plus aéré et distancé. Enfin, chose à noter et de manière non négligeable, l’amélioration de la voix via le micro avec une bonne atténuation de bruit et parasite.

Avec un prix de vente inférieur à 80€, un design compact, minimaliste et facile à configurer, le Epos GSX 300 est au final un très bon produit avec une amélioration du son le plus souvent perceptible et une bonne

Roxarmy Auteur

Blogueur durant ses heures perdues. Adore l'informatique, les mangas et le high-tech mais aussi et surtout jouer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.