Rod Serling, l’Homme de la Quatrième Dimension

Si les séries ont aujourd’hui l’adhésion du public, ce n’est pas uniquement parce ce que la photographie a gagné en qualité, que la réalisation est plus soignée ou que le jeu d’acteurs est meilleur. L’atout des productions actuelles réside dans l’écriture. Dans les années 50, un scénariste, ayant ce talent a donné naissance à une série qui a marqué son époque.

En retraçant en bande dessinée le parcours de l’auteur iconoclaste qu’est Rod Serling, l’illustrateur et cartooniste Koren Shadmi revient non seulement sur la genèse de la 4ème dimension mais dépeint aussi au passage les dessous, les paradoxes et un bout d’histoire des débuts la télévision américaine.

On découvre par exemple à quel point la seconde guerre mondiale a eu un impact traumatique sur ce parachutiste pourtant volontaire de l’armée américaine ou encore comment la science-fiction lui a permis d’évoquer à des heures de grandes écoutes des sujets politiquement incorrects pour l’époque sans être censuré.

Sur 176 pages avec une couverture souple on retrouve le style bichromique de Koren Shadmi également présent dans l’Eveil du Maitre du Donjon et qui confère à l’Homme de la Quatrième Dimension un coté polar noir qui sied parfaitement à l’ambiance subversive et intrigante du personnage et de ses créations.

Alors que certains découvrent la série via son reboot avec au lieu de Rod Serling dans le rôle du narrateur Jordan Peel le réalisateur de Get Out, cette BD éditée par La Boite à Bulles s’avère être un excellent éclairage pour qui souhaite comprendre pourquoi sans génie un format est insuffisant à faire d’un show une série culte.

L’Homme de la Quatrième Dimension
24 euros sur Amazon.fr

Silverword Auteur

Critique de Cinéma, Spécialiste High Tech, Gameur old School, le Triangle Infernal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.