Test du Trust Scarr, un bon clavier mécanique qui monte en gamme

Trust propose de nombreux équipements (dont de nombreux tests ont déjà été publié) alliant souvent fonctionnalités à prix abordable, faisant souvent office de produits entre de l’entrée et moyen de gamme. Et là, avec le Trust Scarr (connu sous aussi sous la référence GXT877), Trust signe une vraie montée en gamme avec un clavier mécanique quittant le traditionnel plastique pour du métal. Malheureusement, le clavier n’est pas (pour le moment ?) disponible sous le format AZERTY, d’où le test de la version QWERTY. Vendu sous la barre des 85€ sur les différentes boutiques en lignes, voyons ensemble ce que vaut ce Trust Scarr voulant jouer dans la cours des grands.

Clavier floqué Trust oblige, nous allons retrouver le classique packaging de la marque avec un visuel du produit sur un fond gris / noir. Le clavier est livré avec huit touches plastiques supplémentaires (de couleurs blanches) et d’un extracteur. Simple et classique, on aurait souhaité avoir un repose poignet, surtout que la forme spécifique du clavier complique la tache.

La chose qui marque lorsqu’on prend le clavier en main, est la présence d’un revêtement externe en aluminium d’un gris plutôt joli et légèrement brillant. Le fait d’avoir intégré du métal rend le clavier plus lourd (presque un kilo gramme sur la balance) mais aussi plus joli et qualitatif.

Le revêtement métallique se trouve être plié de différents angles

Bien que la base reste en plastique, Le revêtement métallique donne au Trust Scarr un look anguleux qui n’est, pour ma part, pas désagréable. Le clavier trône ainsi sur le bureau sans avoir honte de ses formes, avec tout de même des dimensions loin d’être compactes pour environ 46 cm de largeur et 17 cm de longueur. L’arrière du clavier sera plus simple et classique : on retrouvera un emplacement pour l’extracteur de touche, ainsi qu’un passage de câble à trois chemins, permettant de faire sortir le câble tressé par le centre, ou encore les trois-quarts gauche et droite du GXT877. Côté pied, nous avons deux niveaux de réglage avec un patin anti-dérapant.

Malgré le fait que ce soit un clavier QWERTY, la disposition des touches reste assez classique, et le Trust Scarr fait dans la simplicité avec un clavier 104 touches. Bien qu’on ne retrouve aucune touche macro supplémentaire, on va tout de même avoir 11 touches multimédias sur la barre du haut (Fxx). Pour customiser (dans une moindre mesure) le clavier, vous avez la possibilité de remplacer les touches par défaut par 8 touches d’un blanc venant à l’opposé des autres touches, destinées aux traditionnels touches directionnelles et aux sacrés saintes touches WSAD (ou ZQSD sur un layout FR) que tous les gamers connaissent. Les installer m’a, visuellement, paru sympa, mais ça restera uniquement esthétique.

Parlons techniques. Le Trust Scarr embarque des switchs mécaniques rouges se voulant, dans l’absolu, être plus orienté silence que fanfare. Ils sont donc linéaires avec une force de déclenchement de 45 grammes (65 pour aller jusqu’au bout) avec une durée de vie très confortable de 50 millions d’utilisation par touche. Le clavier embarque bien entendu un anti-ghosting du N-key roll over à 100%, c’est à dire qu’il n’y aura pas de confusion de touches pressées en même temps. Un clavier gamer ne peut-être défini en tant que gamer (ironique) sans un rétroéclairage RGB. Ainsi, toutes les touches sont rétroéclairées, mais malheureusement, le rétroéclairage se fera par zone et non pas par touche. Aucune application n’est disponible pour le contrôle et c’est bien dommage. Pour palier à ça, le clavier propose de basculer entre six modes différents (statique, vague, touche pressées, etc.) via une combinaison de touches.

Là aussi, le revêtement métallique est “plié” pour lui donner son design

Lors de son utilisation, et bien entendu hormis le fait que le clavier propose un layout US, le Trust Scarr se trouve être très bon. Les switchs rouges utilisés sont relativement silencieux. Relativement car nous sommes tout même face à un clavier mécanique, où même si le rebond linéaire est maitrisé, le côté mécanique de la bête nous force à attendre le mécanisme de rebond. On est loin d’un Steelseries Apex 3 en terme de silence, mais aussi très loin de nombreux autres claviers mécaniques. La pression nécessaire à l’activation des touches relativement basse permet ainsi de rendre le jeu et l’édition de texte aisés. De manière générale, on n’aura pas de mauvaise surprise, le clavier fait ce qu’on lui demande et le fait bien.

Au final le Trust Scarr, bien qu’il propose une montée en gamme du moins dans l’aspect extérieur à travers son design, reste tout de même dans le panier du milieu de gamme : pas de logiciel de configuration, pas de touche macro ou multimédia dédié et un rétroéclairage efficace, mais basique et assez peu personnalisable. À côté, il propose une frappe confortable, un niveau sonore des switchs mécaniques acceptable et une bonne réactivité. Trust signe, avec le Scarr, une bonne avancée sur le design, mais c’est tout. Le clavier reste tout de même un bon clavier qui subviendra aux besoins de la plupart des gamers en quête d’un clavier mécanique, notamment avec un prix maitrisé sous la barre des 80€. Attention tout de même, le clavier n’est pas disponible en layour FR (AZERTY), il conviendra donc de vérifier sa disponibilité avant de passer à l’achat.

Trust Scarr GXT 877

82.98 €
8.5

Général

8.5/10

Pour

  • Un design amélioré
  • Des matériaux premium

Contre

  • Peu / pas de configuration possible
  • Pas de logiciel compagnon
  • Attention au layout!

Roxarmy Auteur

Blogueur durant ses heures perdues. Adore l'informatique, les mangas et le high-tech mais aussi et surtout jouer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.