Test du Shure Aonic 50, du son studio en version nomade

Shure, entreprise américaine plus que reconnu pour ses équipements dédiés aux professionnels, fait un pas dans le monde des casques nomades Bluetooth, avec le Aonic 50. Vendu tout de même la bagatelle de 390€, le Shure Aonic 50 se veut être un casque qualitatif avec des matériaux premiums et performant avec un son “qualité studio” sans oublier les caractéristiques haut de gammes du moment avec une panoplie de codecs et de l’ANC.

Le packaging est assez surprenant en étant tout en rondeur, tranchant avec ce que l’on trouve habituellement dans le commerce. À l’intérieur, nous allons retrouver une boite de transport rigide intégrant tout le nécessaire : le Shure Aonic 50, un câble de recharge USB type C, un câble mini jack-jack 3.5 mm et bien entendu les habituels petits feuillets (pour le coup un petit carnet).

Aonic Shure 50

Petit mot sur la boite de transport rigide, où l’intérieur a été moulé pour adopter le casque et ainsi éviter tout mouvement à l’intérieur. Le boitier de transport est un peu trop grand à mon goût, avec un diamètre de 25 cm (la taille d’une pizza) pour une épaisseur de 7 cm, il vous le transporter dans votre sac à dois, cela prendra une certaine place. La faute à une conception (et peut-être la seule négative) du casque empêchant le repli vers l’intérieur des oreillettes.

Bien que nous ayons commencer avec le défaut principal du Aonic Shure 50, continuons maintenant avec le reste du design qui s’avère excellent. Le casque, de type circum-aural, se veut être esthétiquement joli et bien fini. En effet, un soin particulier a été apporté au design du casque avec de l’utilisation de d’aluminium pour l’arceau et les branches, ainsi que du plastique (loin de faire cheap) sur les écouteurs. Ainsi le casque se permet des couleurs bi-ton avec du noir et du gris. Simplement floqué (argenté) du logo de la marque sur chacune des oreillettes, on ne trouvera pas de fioritures supplémentaires. Côté mousse des écouteurs et de l’arceau, nous sommes sur quelque chose d’assez moelleux et confortable recouvert d’un revêtement en similicuir. On reste donc, de manière générale, sur un casque imposant (avec 335 grammes sur balance) mais au design sobre et joli tout en étant parfaitement fini.

Une fois sur la tête, le casque s’avère très confortable malgré sa masse un peu élevé, grâce à une bonne uniformisation du poids. Le fait que les oreillettes soient rotatives permet d’adapter le casque sur toutes les morphologies. Attention peut-être à l’extension maximale du casque qui peut s’avérer un peu juste pour les (très) grande tête. Sinon, rien à ajouter le casque est agréable à porter.

Aonic Shure 50

Casque Bluetooth oblige, nous allons retrouver de nombreux boutons d’accès au niveau des oreillettes. Alors que nous allons simplement retrouver l’entrée mini jack 3.5 mm sur la tranche gauche, nous allons retrouver sur la tranche droite (et dans l’ordre) : un switch permettant de basculer entre trois modes (ANC off, mode environnement et ANC on), trois boutons d’actions classiques (volume + / – et bouton sélection), une petite LED de notification et le port USB type C dédié à la recharge et à l’écoute (j’y reviendrai).

Les boutons sont facilement accessibles par le pouce

Côté caractéristiques, pour un casque nomade haut de gamme, Shure a équipé son Aonic 50 de ce qui se fait de mieux. Premièrement nous allons retrouver du Bluetooth en version 5.0 et d’une ribambelle de codecs : aptX, aptX HD, aptX Low Latency, SBC, AAC et LDAC, permettant d’avoir à la fois un son sans (ou très peu) de latence, tout en profitant d’un son peu compressé. Côté fonctionnalité, le casque propose trois modes d’écoute : une écoute sans ANC (réduction de bruit active), avec ANC (sur deux niveaux) et via le mode Environnement (sur dix niveaux). Ce dernier mode est assez commun sur les casques haut de gammes : le Shure Aonic 50 va vous permettre d’avoir un retour sur le son extérieur tout en écoutant vos musiques ou appels téléphoniques. Cela permet ainsi d’être à l’écoute de son environnement sans forcément être isolé dans sa musique. Enfin, chose peu commune, le casque peut-être utiliser via le câble USB type C ! Branchez à un PC ou à un smartphone (du moins sous Android), vous allez pouvoir écouter votre musique de manière filaire, en plus du mini jack 3.5 mm déjà présent. En somme, une très bonne idée qui peut trouver preneur.

Et enfin, bien sûr, le Shure Aonic 50 est accompagné d’une application compagnon nommée ShurePlus Play. L’application va vous permettre de mettre à jour votre casque, configurer votre casque et de profiter d’un puissant égaliseur de son via le lecteur audio embarqué. Mention à l’égaliseur qui est particulièrement poussé, permettant au plus précis d’entre nous, d’avoir un son parfait, mais malheureusement limité sur le lecteur audio de l’application. De manière générale, l’application est facile à utiliser et ergonomique, pas grand-chose à ajouter de ce côté.

Côté écoute, c’est tout simplement excellent. Le son est assez pur, bien rythmé et punchy à souhait, toutes les gammes sonores sont ainsi représentées de manière équilibré. Shure est reconnu dans le monde professionnel et cela s’entend une fois le casque posé en tête. Le mode Environnement, du fait de pouvoir gérer la sensibilité sur 10 niveaux, permets d’avoir un retour léger à assez prononcé de ce qui se passe autour de nous, sans avoir besoin d’enlever le casque, car son isolation passive est tout de même relativement bonne. Le mode ANC, que je qualifierai d’efficace (talonnant le QC 35) agit assez étrangement sur le son. Dès son activation, le son passe à un volume légèrement plus fort avec une légère différence. Rien de grave, mais cela est assez différent par rapport aux différents casques audios que j’ai l’habitude d’utiliser. Côté autonomie, le casque en propose une assez bonne entre 17h et 20h suivant l’ANC et le volume d’écoute.

Au final, mon avis sur le casque est vraiment excellent. L’écoute est très plaisante et la qualité sonore est au top, on pourra peut-être regretter le fait que l’égaliseur ne soit pas compatible avec les applis audios autre que de l’application. Enfin, côté design, le casque est réellement qualitatif. Mon seul regret viendrait de la boite de transport beaucoup trop grande pour être pratique et l’impossibilité de plier les écouteurs du casque. Mais en somme, le Shure Aonic 50 est une très bonne réussite pour un premier casque Bluetooth, et heureusement au vu du prix de vente avoisinant les 400€. Si vous avez le budget, n’hésitez pas !

Shure Aonic 50

399.00 €
8.5

Général

8.5/10

Roxarmy Auteur

Blogueur durant ses heures perdues. Adore l'informatique, les mangas et le high-tech mais aussi et surtout jouer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.