Test du visual novel Punchline

Ace Attorney, Danganronpa, Steins;gate,… Ces dernières années la popularité des visuals novels a explosé en occident, et des jeux qui restaient il y a quelques années encore confinés au Japon nous parviennent régulièrement. Aujourd’hui c’est à Punchline que l’on va s’intéresser, édité chez nous par PQube.

Développé par le studio 5pb., à l’origine de la série de visual novels Science Adventure (Steins;Gate, Chaos;Child,..), Punchline met surtout en avant le nom de auteur, Kotaro Uchikoshi, derrière le scénario des très acclamés 999 et Virtue’s Last Reward. À l’instar de ce dernier Punchline est réalisé entièrement en 3D et ne propose pas de traduction française. La comparaison s’arrête là, l’auteur s’éloignant ici de les histoires sombres de ses précédents travaux pour une ambiance d’apparence plus légère.

L’histoire nous place dans la peau de Yuta Iridatsu, lycéen d’apparence ordinaire capable de développer une force surhumaine à la vue d’une culotte. Impliqué malgré lui dans la tentative de prise de contrôle du bus ou il se trouve par un groupe terroriste, Yuta voit son âme éjectée de son corps. C’est donc sous la forme d’un fantôme que le héro se réveille à la résidence Korai, l’immeuble dans lequel il vit et où toute l’intrigue du jeu va se dérouler.

Guidé par un chat fantôme du nom de Chiranosuke, Yuta va avoir comme objectif principal de retrouver la propriété se son corps, dont le contrôle a été pris par un individu mystérieux. Outre Yuta, on va aussi suivre la vie et les interactions des 4 autres résidents, dont on appréciera le soin apporté à l’écriture, ou un humour poilant va côtoyer des passages bien plus tragiques.

Si le casting de personnages et l’histoire qui les entoure est probablement le point fort du jeu, il ne peut en être dit autant des phases de puzzle que l’on va retrouver à intervalles réguliers durant la première moitié du jeu.

Ne pouvant être ni vu ni entendu, Yuta a néanmoins la capacité d’interagir avec certains objets. Son pouvoir étant faible, il va devoir dans un premier temps le renforcer en jouant des tours aux autre résidents (en éteignant la lumière par exemple), afin de pouvoir ensuite en enchaîner plusieurs pour déclencher une série d’événements.

Dans la pratique ces deux phases ne se distinguent que marginalement. On naviguera dans les chambres des personnages en utilisant différents plans de caméra, où l’on pourra sélectionner des objets pré-indiqués afin d’effectuer une action pré-déterminée.

Il y a toutefois un problème, la vue d’une culotte qui donnait précédemment une force surhumaine au héro à maintenant comme effet de provoquer la chute d’un astéroïde entraînant la disparition de toute vie sur terre. Il ne faudra donc pas s’attarder sur les plans de caméra offrant une vue directe sur le dessous des jupes des autres résidents (qui par un surprenant hasard s’avèrent être tous de sexe féminin) sous peine de voir la jauge indiquant l’excitation de Yuta atteindre son maximum et obtenir un game over immédiat.

Pas de panique cependant, tout bon fantôme qui se respecte est capable de remonter le temps et avoir droit à autant de chance que nécessaire.

Des phases de jeu assez basiques donc, et si l’on s’amusera initialement à observer la réaction des personnages à la chute soudaine de leur figurine favorite ou à l’ouverture de leur porte, le tout reste superficiel et devient assez vite redondant.

Développé conjointement avec la série anime du même nom suivant la même trame scénaristique, le jeu se découpe en une vingtaine d’épisodes d’environ 1 heure chacun, chacun disposant d’un générique de début et de fin identiques que l’on pourra heureusement passer d’une pression de quelques secondes sur le bouton X.

Si la première moitié du jeu manque clairement de rythme, le jeu prend son envol dans sa seconde partie. L’histoire réserve son lot de surprises et pour chaque réponse apportée on se retrouvera souvent avec 10 nouvelles questions. Quel est l’objectif du mystérieux groupe derrière l’incident du bus ? Qui à pris possession du corps de Yuta ? Pourquoi la simple vue d’une simple culotte provoque elle la chute d’un astéroïde sur Terre ? Autant de questions auxquelles il faudra apporter une réponse. Et comme souvent avec les jeux d’Uchikoshi, l’histoire est plus complexe qu’elle n’en a l’air de prime abord.

0.00
7

Global

7.0/10

Pour

  • Casting touchant et rafraîchissant
  • Scénario principalement basé sur la seconde moitié
  • Ni trop long ni trop court

Contre

  • Un début un peu soporifique
  • Phases de puzzle, simples et sans profondeurs
  • Une 3D un peu datée....

Roxarmy Auteur

Blogueur durant ses heures perdues. Adore l'informatique, les mangas et le high-tech mais aussi et surtout jouer !

Commentaires

    Nipponzilla

    (15 octobre 2018 - 09:47)

    J’avais beaucoup aimé l’anime ! Ce visual novel rejoint donc ma liste de futurs achats :p

    loriane saumon

    (3 novembre 2018 - 11:52)

    c’est du merveille!!
    impecc!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.