Test du Realme GT2, l’offensive de Realme sur le milieu de gamme

Après avoir bousculé les codes des smartphones d’entrée de gamme, Realme s’attaque à un niveau supérieur avec ses modèles de la série GT2. Pour conquérir ce marché, fédérer une communauté est incontournable, Realme a donc ouvert plusieurs magasins temporaires dont un à Paris mais est-ce suffisant ?
Le packaging du GT2 abandonne les critères habituels de Realme en optant pour un grand format. Sur un fond uni crème, s’affichent à la verticale le nom du modèle suivi d’une signature. Chevauchant les 2 côtés du bord droit, la marque s’inscrit sur toute la longueur tandis que le logo 5G figure dans le coin supérieur gauche.
Le contenu est analogue à celui du GT Master à savoir le Realme GT2, un film de protection posé sur l’écran, une coque anti choc dorsale, un extracteur de carte SIM, un câble de recharge de type USB-C, un manuel de démarrage rapide, un guide de sécurité qui comprend la garantie, un chargeur Super Dart 65W.
L’esthétique du GT a été confiée à Naoto Fukasawa, designer industriel multi récompensé qui a apposé sa griffe au dos du téléphone. Mesurant 16,29 x7,58 cm pour une épaisseur de 0,86 cm, le GT 2 est léger et agréable à prendre en main avec la sensation de toucher du papier grâce à l’emploi partiel de biopolymère.
Doté d’un écran AMOLED 6.62 pouces 120 Hz à 2400×1080 px, le GT2 offre un ratio écran/corps de 92,6% grâce à une discrète camera frontale en poinçon. Avec une bonne luminosité, une palette de 16,7 millions de couleurs et un contraste prononcé, les conditions pour regarder des films ou jouer sont excellentes.
Cela inclut les jeux les plus gourmands tel Geshin Impact grâce à l’intégration du processeur Snapdragon 888 5G associé à la puce graphique Adreno 660 et aux 8 Go de mémoire interne LPDDR5. Toute cette puissance rend également la navigation dans Realme UI 3.0 la surcouche maison à Android 12 parfaitement fluide.

L’absence d’extension via carte micro SD conduit à privilégier le modèle disposant de 256 Go de stockage. Si la possibilité de loger 2 cartes SIM est maintenue le GT2 est privée de port jack. L’écoute audio se fera donc sans fil via USB-C ou à travers ses 2 haut-parleurs Dolby Atmos qui délivrent un son plutôt correct.
Le bloc photo rectangulaire placé au dos du GT2 comprend un capteur principal Sony IMX766 de 50MP bénéficiant de la technologie ProLight Imaging et offrant un champs de vision de 84,4°, un ultra grand angle 119° de 8 MP et d’un objectif macro de 4 cm. L’appareil photo avant est un capteur Sony IMX 471 de 16 MP.
Tant que les conditions de luminosité oscillent entre bonnes et acceptables, les photos sont dignes d’un photophone haut de gamme, riches en contraste et détaillées toutefois les améliorations apportées par le traitement d’image pour la réduction de bruit ont tendance à un peu trop saturer pour les photos prises la nuit.


L’autoportrait dispose de filtres et de retouches permettant de modifier le grain de peau, la taille de joues, des yeux, du nez, du menton afin d’apparaitre sous un meilleur jour. Enregistrées jusqu’en 4K à 30 ips, les vidéos de la caméra principale ne sont pas en reste avec entres autres du time lapse, un mode dual view et un effet bokeh en temps réel.
Grâce à une batterie de 5000 mAh, l’autonomie du GT2 est d’une journée et demie pour une utilisation classique mêlant conversation, jeux vidéo, réseaux sociaux, visionnage de films. Son système de charge rapide SuperDart 65 W requiert seulement une demie heure pour que l’indicateur de batterie passe de 1 à 100%.
Avec le GT2, Realme est bien armé pour s’imposer dans le milieu de gamme. La combinaison prix modéré pour des caractéristique haut de gamme en fait un produit de choix pour le gaming. Si la visibilité auprès du grand public est une évidence, une communication appuyée à destination des joueurs enfoncerait solidement le clou.


Realme GT 2
549,99 euros sur buy.realme.com

Realme GT2

549
8

Général

8.0/10

Pour

  • Prise en main avec la sensation papier
  • Caméra principale haut de gamme
  • Armé pour le gaming

Contre

  • Pas d'extension SD
  • Pas de ommunication à destination des gameurs

Silverword Auteur

Critique de Cinéma, Spécialiste High Tech, Gameur old School, le Triangle Infernal

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.