Test de la TicWatch Pro, une montre dotée d’une autonomie record ?

Cela fait maintenant quelques années que j’utilise tous les jours une montre connectée. À la fois pratique et customisable, j’ai pris l’habitude d’en avoir une et de profiter à la fois des avantages mais aussi des inconvénients. Pour ces derniers, il y en a un assez simple et qu’aucune montre n’y échappe : l’autonomie. Cette denrée rare si souvent oublié deviendra rapidement le point noir de ces petits bijoux technologiques. Pour vous donner une idée, ma dernière montre, la Gear S2, doit être rechargée quand tout va bien, tous les deux jours.

ticwatch_pro

Pour tenter de briser cette vérité, l’entreprise chinoise Mobvoi tente de proposer du renouveau avec sa TicWatch Pro en proposant une montre sous Android Wear OS, avec une autonomie allant de 5 à 30 jours ! Voyons ensemble si les promesses sont tenues.

La TicWatch est livré dans un packaging assez classique pour ce type de produit. On retrouve son support de recharge magnétisé relié à une prise USB non détachable, quelques feuillets et bien sûr la TicWatch Pro.

Avant de rentrer dans les détails techniques de la montre, regardons ensemble son design. Premièrement la montre est très imposante avec un design très masculin. En effet, la montre dispose d’un cadran de 45 mm, ce qui fait au final quelque chose d’assez large (notamment sur mon poignet relativement fin). Côté épaisseur on est là aussi sur du grand format avec 12.6 mm. Enfin, elle pèse 59 grammes, pas assez pour vous donner des crampes, mais assez pour vous rappeler sa présence.

Côté cadran, nous avons un contour en acier inoxydable avec les minutes écrit par pas de 5 min, pour le côté “classique” de la chose. Enfin, on retrouve deux boutons sur le côté gauche pour naviguer, en plus du tactile, dans les différentes applications. Côté bracelet, nous avons du cuir “hybride”. En réalité, la surface extérieure du bracelet est effectivement en cuir, mais l’intérieur est en plastique

Enfin, on retrouve sous le bas de la montre les différents connecteurs dédiés à la recharge ainsi que les capteurs dédiés à la lecture du rythme cardiaque.

Côté technique, la montre embarque un processeur Qualcomm Snapdragon Wear 2100 (datant de 2016) accompagné de 512 Mo de mémoire vive et 4 Go de stockage, le tout propulsé par l’OS de Google : Wear OS. La TicWatch Pro embarque aussi tout un tas de puce : Bluetooth (bien évidemment), le WiFi, le NFC ainsi qu’une puce GPS. Un capteur de rythme cardiaque est aussi de la partie, ainsi qu’un micro, un haut-parleur, couplé à une certification IP68. Enfin, une batterie de 415 mAh anime le tout.

Mais, la subtilité de la TicWatch vient du fait que la montre propose non pas un, mais deux écrans ! Le premier et le principale, un écran Amoled de qu’il y a de plus classique. Mais juste au-dessus, un second écran “transparent” est présent et c’est ce qui fait la force de cette montre. En effet, lorsque l’écran principale de la montre s’éteint, le second écran se met en route. Ce dernier consomme très peu d’énergie, d’une part car il n’a pas de rétro éclairage, de deux car il est totalement monochrome. Bien qu’il ne soit pas customisable, ce second écran propose d’afficher en continue l’heure, la date, le nombre de pas, la dernière fréquence cardiaque mesurée et enfin le niveau de batterie. Par contre, adieu les notifications…


ticwatch_pro_double_screen

Et c’est bien grâce à ce second écran, que la montre peut se vanter d’avoir une autonomie tenant jusqu’à 30 jours. Dans les faits et dès que l’on quitte les chiffres commerciaux, voici ce que la montre propose :

  • jusqu’à 2 jours en utilisation normale : écran Amoled uniquement
  • jusqu’à 5 jours avec une utilisation “mixte”
  • jusqu’à 30 jours avec une utilisation ultra limitée au second écran, appelé mode “Essentiel”

Le mode mixte est un mode un peu vicieux car la batterie, au départ, s’utilisera assez rapidement et, dès que le niveau de batterie restant atteint un certain seuil (réglable), la montre va basculer automatiquement et uniquement sur le second écran prolongeant ainsi drastiquement l’autonomie restant. Pour ma part, je n’y ai pas échappé aux multiples recharges, avec une recharge complète tous les trois jours. Bien mieux que mes précédentes montres (qui était au mieux tous les deux jours) mais assez loin des chiffres donnés par la marque qui était de cinq jours… Mais relativisons, une recharge tous les trois jours reste quand même un bon chiffre, car nous avons là une montre équipée de moult capteur et de deux écrans…

Obligé de vendre son âme : fréquence cardiaque, nombre de pas, etc.

Pour ce qui est de l’OS, la montre est équipée de Wear OS, anciennement appelé Android Wear. Le système d’exploitation dévié d’Android par Google, permet à la montre d’être connectée en permanence à votre smartphone via le Bluetooth et de pouvoir interagir de moult manière. Recevoir des notifications (mail, SMS, appel), y répondre, utilisé des applications ou jeux disponible sur le store, etc. Avec Wear OS, Google a parfaitement intégré son Google Assistant, permettant de donner des “ordres” à la montre via votre voix, comme envoyé un SMS, effectué un appel ou faire une recherche.


Au final la montre n’est vraiment pas décevante. Bien qu’elle ne révolutionne pas l’autonomie malgré ses prétendues un mois d’autonomie (autant prendre une Casio si on souhaite simplement afficher l’heure sans la partie connectée), son second écran permet de beaucoup moins solliciter l’écran Amoled énergivore, permettant ainsi de pousser l’autonomie à trois, voire quatre jours si l’on est réellement économe. Le seul petit défaut de la montre viendrait de son processeur un peu vieillissant, à l’heure ou Qualcomm annonce un processeur de dernière génération à la fois plus performant et surtout plus économe. Mais dans l’absolue, la TicWatch Pro reste une très belle et très bonne montre que je conseil. Attention simplement à son look très masculin ainsi qu’à sa taille. Je ne saurai vous conseiller de la voir en vrai avant de passer à la caisse.

TicWatch Pro

249.99 €
8.5

Global

8.5/10

Roxarmy Auteur

Blogueur durant ses heures perdues. Adore l'informatique, les mangas et le high-tech mais aussi et surtout jouer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.