HTC Vive, la VR selon Valve et HTC

Alors qu’elle annonçait l’arrivée d’un nouvel âge pour le jeu vidéo, la réalité virtuelle ne rencontre clairement pas le succès escompté. Le manque d’expériences originales, la cinétose et le cout de l’équipement expliquent notamment le faible taux d’adoption de la part du grand public.

Après le Samsung Gear VR, le Playstation VR, et l’Oculus Rift j’ai eu l’occasion de tester l’HTC Vive. A la différence des autres solutions, le fruit de la collaboration entre le fabricant taiwanais et le studio de développement Valve inclut la notion de déplacements réels retranscrits dans l’espace virtuel.
Pour cela il est nécessaire de délimiter la surface à l’interieur de laquelle on va pouvoir évoluer à l’aide de 2 capteurs infrarouges placés en diagonal. A cela s’ajoutent pour le coté matériel un boitier de connexion, 2 manettes sans fil et bien entendu le casque.
Pour être piloté tout cet équipement requiert un PC puissant avec une carte VR compatible. Le Predator G6 doté un processeur core i7-6700k d’une carte Nvidia Geforce GTC 980 TI et de 64 Gb de mémoire DDR4 remplit largement ces conditions.
L’expérience a débuté avec Google Earth. Après un petit tour dans l’espace en mode Gravity, j’ai opté pour un passage à San Francisco où j’ai retrouvé le Golden Bridge. La sensation de liberté procurée par le survol de Paris  donnait l’impression d’être l’aigle dans le trailer d’Assassin’s Creed Unity.

La démonstration s’est poursuivie avec Batman Arkham VR. La version du Playstation VR que j’ai pu tester ne peut soutenir la comparaison en terme de rendu et de qualité d’affichage. Mener une enquête policière à l’aide du batarang, d’un scanner et d’autres gadgets du super héros est captivante.

La possibilité de se déplacer physiquement offerte par le HTC Vive est adroitement mise à profit au moment de rechercher des indices. On croirait vraiment jouer dans un épisode de CSI : Les Experts. En revanche il est absolument indispensable que la pièce délimitée soit entièrement dégagée.
Si un système d’alerte intervient quand on se rapproche des cloisons, tout objet présent dans la zone n’est pas détecté. Il est également sage de garder à l’esprit le long câble qui relie le casque au PC sous peine de se retrouver saucissonné à force de tourner sur soi.
Hormis ce dur rappel à la réalité, l’expérience HTC Vive est sans conteste la plus aboutie des solutions de réalité virtuelle que j’ai pu tester à ce jour. L’arrivée sur ce marché d’autres poids lourds comme Acer, HP ou encore Apple promet de beaux affrontements à coups d’innovation.Avec les progrès effectué dans le domaine du wifi, le tout sans fil sera surement le prochain champ de bataille.
HTC Vive
899 euros sur store.eu.vive.com

Predator G6
2510,85 euros sur Amazon.fr

Silverword Auteur

Critique de Cinéma, Entrepreneur High Tech, Gameur old School, Journaliste 2.0. La Quadrature du Cercle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *