Ghost of Tsushima Director’s Cut, le chef-d’œuvre continue sur PS5

Ghost of Tsushima est très apprécié sur le blog, après vous avoir testé le jeu (à lire ici) à sa sortie sur PS4 et après vous avoir récemment fait gagné de très jolis lots du jeu (c’était à cet endroit), voici venue aujourd’hui Ghost of Tsushima Director’s Cut, une version améliorée et complétée de l’aventure lancée initialement sur PS4 puis portée sur la petite dernière la PlayStation 5. Alors que le jeu d’origine dispose déjà d’un patch 60 fps, Ghost of Tsushima Director’s Cut est là pour élever le titre à un niveau au-dessus avec bien entendu des améliorations graphiques, l’intégration de la DualSense, d’autres petites nouveautés mais aussi et surtout l’ajout de l’île d’Iki, une aventure annexe se déroulant sur une île proche de Tsushima. Alors que je vais vous parler de la version PS5, notez que Ghost of Tsushima Director’s Cut est aussi disponible sur PS4, dans une version allégée des avantages dédiées à la PS5.

Je vais volontairement m’attarder sur les principales nouveautés, le principal étant décrit dans le test de Silverword, à commencer par le plus visible, les améliorations graphiques. La puissance de la PS5 est mise à l’honneur avec un jeu plus beau que jamais. Alors que les 60 fps sont bien évidemment au rendez-vous, la résolution graphique du titre a été aussi relevée avec de la 4K dynamique, mais très souvent au maximum (plus de détails chez Digital Foundry). Le jeu est moins flou, bien plus net, fluide, lumineux et est vraiment très joli et très agréable à parcourir, notons aussi un mode photo très complet permettant d’immortaliser avec de nombreuses options, de sublimes panoramas. Par contre, les cinématiques sont malheureusement restées à 30 fps et la raison est simple : elles sont précalculées et enregistrées et ne sont pas générées dynamiquement. Autre exclus PS5, concernant le retour visuel du titre, est la synchronisation labiale de tous les personnages pour la langue japonaise, chose apparemment possible que sur PS5.

Au-delà des graphismes, deux autres fonctionnalités de la PS5 sont mises à l’honneur, améliorant ainsi grandement le gameplay : le SSD et la DualSense. Premièrement, oublions les temps de chargement. Démarrer une partie ou utiliser le voyage rapide est à présent instantanée. Tout ça c’est top mais chose assez étrange dû au portage d’un jeu PS4, charger visuellement les équipements lorsque vous êtes dans les menus est long, presque trois secondes, assez surprenant pour le coup. Côté DualSense, c’est top. Les gâchettes adaptatives sont utilisées dès que vous vous équipez de projectiles et côté vibrations, les retours haptiques sont utilisés pour vous faire ressentir un maximum de sensations : galops de votre cheval, coups d’épée, chutes, combats, et j’en passe. Et ceci améliore grandement l’expérience de jeu avec par exemple, la manette, enfin la partie droite, qui vibre de plus en plus fort au moment où notre Samouraï va relâcher la flèche tendu de son arc.

Sony Reveals More About Ghost of Tsushima's Iki Island – GameSpew
Iki troque les renards pour chats

Ces améliorations ci-dessus sont exclusives à la version PS5, mais la version Director’s Cut apporte aussi d’autres nouveautés, et cela autant sur PS4 que sur PS5. Commençons avec le verrouillage d’ennemis. En effet, il est à présent possible de verrouiller un ennemi lambda, permettant un combat en 1v1 de la même manière qu’avec les boss : qu’importe le mouvement, notre personnage restera face à l’ennemi. Autre nouveauté lié à l’île d’Iki : la possibilité de charger à l’aide de son cheval : foncer dans le tas fera énormément de dégâts aux mongols (tout en réduisant votre endurance), mais la vraie et grosse nouveauté du titre est une nouvelle île à parcourir : l’île d’Iki. Cette île propose une histoire annexe qui ne sera ni un prélude, ni une conclusion, mais plutôt un approfondissement de l’histoire de Jin Sakai et de la perte de son père. L’île d’Iki, aussi grande que la carte du premier acte, vous permettra de rencontrer des pirates japonais et de découvrir une nouvelle menace Mongol, à travers la dénommée Aigle ainsi qu’un (seul) nouveau type d’ennemi. Cette île vous permettra d’ajouter environ 5h de scénario supplémentaires, sans compter les diverses petites quêtes, récits et collectables à récupérer. Bien qu’assez ressemblante à l’île de Tsushima, Iki vous donnera quelques magnifiques panoramas de baies, criques ou autres plaines.

Au final Ghost of Tsushima Director’s Cut reste un excellent jeu et même plus. La version Director’s Cut apporte une nouvelle île à parcourir et quelques changements assez légers, mais c’est surtout sur PS5 qu’elle prend toute sa saveur avec une très bonne intégration des spécificités techniques de la console (DualSense, SSD) tout en profitant de sa puissance pour améliorer la fluidité et la résolution aboutissant à un must have pour ceux n’ayant pas jouer à la version originale. En somme une excellente version pour découvrir l’aventure de Jin Sakai. Enfin, Ghost of Tsushima Director’s Cut est disponible pour un prix public de 69.99€, soit le prix fort pour jeu next-gen, mais notez que si vous avez le jeu original sur PS4, deux options s’offrent à vous : pour passer de la version normale à la Director’s Cut sur PS4, cela vous coûtera 19.99 €, et comptez 29.99 € pour passer de la version originale sur PS4 à la version Director’s Cut sur PS5, une façon de continuer l’aventure de manière abordable, surtout que le jeu sur PS4 se trouve à petit prix en occasion et que le transfert de sauvegarde est bien entendu présent dans cette version Director’s Cut sur PS5.

https://amzn.to/3sUz9IR

69.99 €
9.5

Général

9.5/10

Roxarmy Auteur

Blogueur durant ses heures perdues. Adore l'informatique, les mangas et le high-tech mais aussi et surtout jouer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.