Gemini man, Will Smith double ration

En avant première au Pathé Beaugrenelle, j’ai pu aller voir le nouveau film d’Ang Lee, Gemini Man. Concernant le synopsis du film, attendez vous à voir quelque chose de très simple et même de déjà vu, excepté pour son clone peut-être.
Henry Brogan (Will Smith) est le meilleur tueur à gages qui soit mais après avoir « AMF » (expression utilisé couramment dans le film) une personne de plus, celui-ci décide qu’à 51 ans il est temps de prendre sa retraite. Cependant un ami lui annonce que sa dernière cible n’était pas l’homme qu’on lui a décrit et qu’on l’a embobiné. À partir de ce moment, l’agence pour laquelle Henry travaillait fera tout pour l’éliminer à son tour mais devant l’échec cuisant de nombreux agents, Gemini Man sera envoyé. Il s’agit d’Henry mais avec quasiment 30 ans de moins et donc plus rapide, plus endurant, plus fort mais sans son expérience et c’est sur ça qu’Henry devra compter s’il veut survivre.
Accompagné de Danny (Mary Elizabeth Winstead), une agent chargée de la surveillance d’Henry à la retraite, nos deux héros devront tout faire pour s’en sortir et découvrir pourquoi ce mystérieux Gemini Man lui ressemble tant. Le film nous offre des scènes d’actions à couper le souffle, pas le temps de s’ennuyer, la continuité du film glisse parfaitement.On ne voit absolument pas passer les deux heures dans la salle noire. Ang Lee a fait un choix pour le moins original, celui de tourner le film en 120 images par seconde, ce qui offre un rendu très clairement appréciable lors des scènes d’actions, cependant lorsque des véhicules interviennent celui-ci fait parfois un peu CGI.
L’emploi des acteurs est principalement centré autour de Will Smilth, seul son personnage compte, les autres intervenants n’étant là presque uniquement pour l’accompagner. Il ne leur est pas porté plus que ça d’intérêt et on oubliera vite ce qu’ils font. Seuls Danny (Mary Elizabeth Winstead)et Clay Varris (Clive Owen) auront une importance dans le scénario.
Au niveau de la musique et des effets sonores du film rien de bien transcendant mais juste de quoi maintenir un équilibre entre l’audio et ce qu’il se passe à l’écran. On ne se souviendra pas du film pour ça.

Avec Gemini Man, Ang Lee s’accapare encore un autre style comme il sait si bien le faire. Le film n’ayant pas un scénario grandiose on n’oubliera toutefois pas ses scènes d’actions à la cadence infernale. À voir dès que possible.

Gemini Man
Sortie en France le 2 octobre.

Cette critique a été écrite par Isaac Dash

Silverword Auteur

Critique de Cinéma, Spécialiste High Tech, Gameur old School, le Triangle Infernal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.