Dragon Ball Super Broly, 10 ans après Evolution

L’évènement Manga / Anime de ce début d’année  est sans aucun doute la sortie en salle ce mercredi 13 mars de Dragon Ball Super Broly. Toutefois malgré la tendance Sonic, Pikachu, Le Roi Lion, Toei Animation n’a pas pris le risque de faire un film avec des personnages en chair et os.

La société de production japonaise s’est également assurée la supervision d’Akira Toriyama le créateur du manga et pour ne rien laisser au hasard a choisi de mettre en scène le personnage le plus hypé de toute la saga. Ainsi Dragon Ball Super Broly conserve son format anime et s’inscrit dans la série Dragon Ball Super.

Pour empêcher qu’une prophétie annonçant sa défaite s’accomplisse Freezer le fils du roi Cold qui a asservi les Saiyans décide de détruire leur planète. Leur roi Végéta, avant cette catastrophe avait exilé Broly un bébé Saiyan au potentiel encore plus extraordinaire que celui de son propre fils.
Secourus par les soldats de Freezer, Broly et son père Paragus sont enrôlés pour récupérer la boule de cristal qui manque au despote. En Arctique il charge alors ses nouvelles recrues d’affronter Végéta et Goku évitant ainsi de prendre des risques dans un conflit qui l’opposerait directement aux Saiyans.

Le scenario de Dragon Ball Super Broly rappellera sans doute aux spécialistes de DC Comics l’histoire  d’un autre Super : Kal-el alias Superman, ce bébé exilé sur Terre par son père alors que sa planète est sur le point d’être détruite se voyant alors doté de pouvoirs extraordinaires.
Même si certains points échapperont à ceux qui ont rompu avec la série, l’histoire dans sa globalité est parfaitement compréhensible. On retrouve avec plaisir l’humour du manga le plus lu au monde avec ses personnages emblématiques et ceux, moins connus mais malgré tout bien introduits.
La force de ce long épisode  réside dans l’affrontement entre Broly et ses différents adversaires. A ce titre, l’exercice livré par Tatsuya Nagamine en charge entre autres de la série Dragon Ball Super, de Saint Seiya Omega et qui a déjà oeuvré à la réalisation du film One Piece Z est plutôt réussi.

Les mouvements de rotations des caméras sont époustouflants. Certains plans ne manque pas d’originalité par l’hardiesse des angles de vues plongeant le spectateur au coeur de l’action. Même s’il subsiste quelques temps morts dans l’ensemble le montage est redoutablement efficace.

Cette sensation est renforcée par la bande son particulièrement dynamique de Norihito Sumitomo, également en charge de la musique pour la série TV. Il a par ailleurs travaillé sur la bande son de plusieurs Dragon Ball Z avec une incursion dans la composition pour le jeu vidéo via Gran Turismo 5.
Le film vu pour cette critique était en version originale sous titrée en français. Pour la sortie dans l’hexagone les nostalgiques des voix entre autres de Patrick Borg, Philippe Ariotti et Brigitte Lecordier seront comblés tandis que la présence au casting de l’animateur Mouloud Achourd assura au film une visibilité dans les medias old gen.

10 ans après Dragon Ball Evolution l’une des pire adaptations au cinéma d’un animé, Dragon Ball Super Broly fait la démonstration que dans certains cas, le film d’animation demeure le meilleur format pour cet exercice. Il incitera aussi via d’autres supports à se plonger ou se replonger dans l’univers de Toriyama.

Dragon Ball Super Broly
Sortie en France le 13 mars 2019

Silverword Auteur

Critique de Cinéma, Spécialiste High Tech, Gameur old School, le Triangle Infernal

Commentaires

    Jude

    (18 mai 2019 - 08:38)

    Salut. J’ai regardé « Dragon Ball Super Broly » et j’ai adoré. Ce film est parfait pour les amateurs de manga. L’histoire est captivante. Un long-métrage que je recommande vivement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.