Plant vs Zombies : La bataille de Neighborville sur Switch

Plus que la version tower défense, c’est Plants vs Zombies Garden Warfare 2 qui m’avait fait m’intéresser à cette licence. A défaut de pouvoir rencontrer le nouveau producteur en charge Melvin Teo, j’étais curieux de savoir si en sortant sur Switch la suite intitulée La bataille de Neighborville avait conservé l’ADN déjanté et accrocheur de la série.

Les zombies se sont emparés de Jadisville la bourgade très Far West de Neighborville pour mettre à exécution un plan diabolique au Mont Pentu. Afin de découvrir ce qu’ils mijotent le Puissenlit vous invite à enquêter autour de la station de pompage de fromage qui depuis peu ne fonctionne plus.

La bataille de Neighborville débute avec un tutoriel où 8 mini quêtes proposées par le colonel Mabel sont à effectuer dans le parc Linotte qui fait office de hub. Il est possible de le suivre pour maitriser le b.a-ba des facultés de la plante incarnée ou de choisir l’une des options réparties en différents emplacements.

Elles permettent le changement de personnage, le ralliement au camp des zombies, l’entrainement au combat, l’accès au mode solo ambiance western, à celui plus urbain du centre-ville ou au multijoueur. Elles sont aussi des stands pour gagner des récompenses, acheter des objets rares, améliorer les personnages.

Retrouver des plantes ou de zombies déjà connus comme la découverte de nouveaux protagonistes est toujours aussi plaisant grâce au mignon chara design conçu pour séduire les enfants et les possibilités d’améliorations qu’elles soient esthétiques ou qu’elles concernent les aptitudes défensives ou offensives.

Les modes solos sont scénarisés avec beaucoup d’humour combiné à une intrigue construite. Ils intègrent intelligemment et hors ligne tous les classiques du TPS multi (défense de base, capture de drapeaux, survie) en y ajoutant des boss ardus à passer et des énigmes pas toujours évidentes à résoudre.

En plus de s’être débarrassé de toutes micro transactions payantes, la version switch de Plant vs Zombies : La bataille de Neighborville propose tous les contenus existants depuis la sortie du jeu. Le passage à l’ergonomie de la Switch en termes de lisibilité ou de pilotage via les Joy-con s’effectue sans encombre.

La prouesse la plus remarquable de Popgames demeure le portage du moteur Frosbite 3 sur la console de Nintendo. Il en résulte une bataille de Neighborville fluide qui tourne à 30 images par seconde avec des graphismes qui n’ont clairement rien à envier à ceux s’affichant sur les autres consoles.

Si les échanges apparaissent toujours sous la forme de bulles de texte accompagnées d’onomatopées, la musique de Peter McConnell, compositeur de Sly Cooper : Voleurs à travers le temps, primé pour Grim Fandango brille par ses tonalités autant folks inspirées de Joan Baez que fantastiques grâce aux synthés.

Malgré quelques gels survenus durant ce test et l’absence d’écran partagé pour du multi en local  La bataille de Neighborville sur Switch non seulement s’inscrit dans la continuité des précédents opus mais présente l’avantage d’offrir énormément d’heures de jeu hors ligne et en mobilité, l’idéal pour se distraire ad libitum sur la plage durant les vacances.


Plant vs Zombies : La bataille de Neighborville
Disponible sur PS4, Xbox One, PC et Switch

Plant vs Zombies : La bataille de Neighborville sur Switch

30,54
7

Général

7.0/10

Pour

  • Frostbite 3 sur Switch
  • Jouable hors ligne
  • Beaucoup de contenu

Contre

  • Pas d'écran partagé pour du multi en local

Silverword Auteur

Critique de Cinéma, Spécialiste High Tech, Gameur old School, le Triangle Infernal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.